samedi 4 février 2023

Fragile transition

Déc 10, 2022

La seconde phase de la transition a mal démarré avec les conséquences du « Jeudi noir » lorsque la répression, ce 20 octobre, s’est abattue sur les manifestants. Un évènement qui a entaché l’après-dialogue. Les symboles sont présents dans les esprits : le bagne de Korotoro, la décapitation des Transformateurs et le bras de fer entre le président de la Commission de l’Union africaine (UA) Moussa Faki et le président de transition Mahamat Idriss Deby Itno. Ces trois évènements ont fragilisé la refondation le pays. Pourquoi ?

D’abord par la brutalité et la méthode de la répression. Par le nombre des arrestations, plus d’un millier de manifestants. Par le fait de leur déportation au bagne de Korotoro et le jugement bidon de 400 Tchadiens en plein désert, sans avocat. « Parodie de justice » au pays du Général Mahamat Idriss Deby Itno. Cet évènement reste un boulet aux pieds du Président de transition (PT) et de son Premier ministre de Transition (PMT), Saleh Kebzabo. Cette deuxième phase de transition est tellement mal engagée qu’elle révèle la maladresse du PT et du PMT. Korotoro est devenu au fil des jours le symbole de ce mauvais départ.

Ensuite, au lendemain du 20 octobre, les Transformateurs et leur président ont disparu de la scène politique. Le parti est suspendu. Le président Succès Masra et certains de ses lieutenants ont pris le large. Ils se sont réfugiés hors du pays. Ses militants sont orphelins. Et pourtant…et pourtant qui aurait cru qu’un parti reconnu et acteur du renouvellement de la classe politique serait décapité en une nuit? Les Transformateurs auront du mal à renaître. Ni le PT, ni le PMT ne seront disposés à les ravoir dans leurs pattes.

Enfin, le « duel Moussa Faki versus Mahamat Deby Itno » est désormais sur la place publique. Depuis le discours marquant de Faki,  lors de l’ouverture du Dialogue national inclusif et souverain (DNIS) il est devenu la cible de N’Djamena. Son tort c’est d’être au mauvais moment, au mauvais endroit. Il est vrai aussi que Faki cache de moins en moins ses ambitions présidentielles. Cette ambition énerve le président de transition et ses amis politiques. Bref, les Tchadiens regardent ce jeu d’échecs où le plus bluffeur gagnera. Le Président de transition et ses nouveaux amis déclarent avoir remporté la partie. Moussa Faki affirme qu’il y aura une seconde manche. Une situation qui s’annonce Échec et mat.

Bello Bakary Mana

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays