samedi 26 novembre 2022

Abéché renoue avec le manque d'eau potable

Nov 02, 2022

Comme chaque année, Abéché, la capitale de l'Est du tchadien continue à souffrir du manque d'eau potable. Cette fois-ci pourrait être le pire. Quelques semaines après la saison pluvieuse, les robinets sont secs et le prix de pousse-pousse d’eau flambe. Une situation qui laisse la population en détresse. Ialtchad Presse a contacté quelques habitants pour le constater. Reportage.

Malgré le lancement du projet « Biteha 2 » en juin 2019 par feu Maréchal Idriss Deby Itno pour la construction du grand château d’eau qui devrait ravitailler la population d'Abéché, le manque d’eau reste qu'un cauchemar pour de nombreux abéchois. Trois ans plus tard, la population vit toujours le calvaire, le manque cruel d'eau potable. La particularité de cette fois-ci ce que le problème c’est la précocité de cette rareté d’eau quelques semaines après la fin de la saison pluvieuse. Une situation confuse pour la population de cette ville presque à l'abandon.

Monsieur Bilal Abdelrahim, habitant au quartier Ahmat Albadawi affirme qu'il y a presque 3 semaines qu'il voit rarement l'eau coulée de son robinet. « Ce dernier temps, notre robinet coule une seule fois par semaine », a-t-il affirmé. Face à ce déficit, M. Bilal souligne qu'ils sont obligés d'acheter chez les pousse-pousse. « Depuis quelques semaines, nous sommes obligés  d’acheter 10 bidons de 20 litres à 1.000F et pour une famille comme la mienne, il faut 20 bidons. C'est tout un budget », a-t-il confié. Il estime que le problème d'eau est créé par le gouvernement. « Les autorités savent très bien le fond du problème, mais ils ne veulent pas résoudre », a-t-il lâché.

Chantal Pahimi, étudiante depuis bientôt 3 ans et résidante au quartier Salamat, derrière le stade municipal de la ville d'Abéché, explique qu'elle n'a pas de robinet chez elle, mais elle achète de l’eau chez les pousse-pousse. Elle affirme, « le prix a connu une  flambée depuis 2 semaines et il est difficile d'en trouver ». Elle interpelle les autorités à prendre leur responsabilité. « L'accès à l'eau est un droit de chaque citoyen. Ça ne doit pas être un luxe. Il est du devoir des gouvernants de faciliter l'accès », a-t-elle dit. Selon Hassan Moussa, citoyen résidant au quartier Chitiyé, à l'Est de la ville, l'eau potable est quasi inexistante. Elle est acheminée par les tricycles. Il soutient que depuis les deux dernières semaines, celle qui était vendue au paravent à 750 ou 1000 F chez eux a augmenté de 50 à 100%. « A l'heure actuelle, l'équivalent de pousse-pousse est vendu ici à 1500F et cela risquerait d'augmenter si jamais le problème n'est pas résolu », a-t-il martelé.

Signalons que le problème d'eau potable à Abéché pays n'est pas nouveau. La population en souffre chaque année. Cela s'explique aussi par le boom démographique de la ville. La demande en approvisionnement d’eau reste un défi et le manque de volonté politique aussi, disent les Abéchois. Des multiples actions sont annoncées chaque fois, mais avec zéro résultat sur le terrain.

Abderamane Moussa Amadaye

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays