samedi 26 novembre 2022

Fin de deuil national, des citoyens réagissent

Nov 01, 2022

Instauré au lendemain des évènements du 20 octobre dernier qui ont occasionné la mort de plusieurs et blessés dans la ville de Ndjamena et dans d'autres provinces du Tchad, le deuil national a expiré mardi 1er novembre 2022. Ialtchad Presse a fait réagir quelques citoyens au lendemain de la levée du deuil national. Vox pop.

Pour M. Sylvestre après la manifestation, il y a avait des cas d'arrestations voire même des enlèvements, en tant que citoyen ce processus l'inquiète.  Il félicite l'acte du président de transition, car c'est son devoir. Il ajoute, « même un seul individu contribue au développement socio-économique de la nation ». Pour lui, ce deuil n'est pas mauvais, car il y avait eu plusieurs pertes de vies humaines, c'est un manque à gagner pour le pays. Il estime que le deuil national décrété durant une semaine est tout à fait logique et de bon sens.

Selon lui, il est anormal que l' État qui est garant de la sécurité des biens et des personnes enlève la nuit des paisibles citoyens. « Ce n'est pas un acte responsable », peste-t-il. Il ajoute qu’il faut que l'État prenne conscience de la situation actuelle. Qu'il cesse d'enlever les gens et qu'il libère les détenus. Il affirme que le Tchad avait a trop des problèmes au lendemain de la sortie du Dialogue National Inclusif et Souverain (DNIS), il faudrait que la réconciliation soit continuelle. Selon M. Sylvestre, la lutte est déjà suffisante, car ceux qui sont tombés ont déjà envoyé un message : le désir du changement. Il faudrait une prise de conscience nationale. « La liberté de manifester est le maillon de la démocratie. C'est aussi un moment de dénonciation, de contestation de ce qui ne marche pas » a-t-il conclu.

Ensuite, pour M. Singam Brahim. Cette manifestation réprimée a fait mal. Le Tchad a perdu plusieurs êtres humains, ceux sur qui on a tiré, ceux qu’on a noyés dans le fleuve et ceux qui sont arrêtés. M. Singam est à la recherche de son cadet arrêté par les forces de l'ordre qu'il n'a pas trouvé jusqu'à maintenant. Pour lui, il faut que l'État libère ces jeunes arrêtés parmi lesquels figurent des mineurs. Il ajoute que la manifestation était catastrophique, c'est pour la première fois qu'il voit ça. Il appelle, les manifestants à cesser avec les marches qui coûtent des vies humaines.

Enfin, M. Allasra Gédéon dit être content que les manifestants aient exprimé leur ras-le-bol de l'injustice, de l'inégalité et de la succession dynastique du pouvoir. Il ajoute que le deuil national est bien mérité et plus qu'obligatoire pour le respect des martyrs qui sont morts en marchant pour la justice et l'égalité. Pour lui, l'être humain n'a pas de prix. Il est plus cher que les objets matériels dont s'exclament les hommes politiques. Selon lui, « la lutte pour la justice et l'égalité est le seul moyen pour que le Tchad soit un pays de justice et pour qu'il n'y ait pas une dévolution monarchique du pouvoir sinon il trouveront le peuple à la croisée du chemin ».

Noël Adoum

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays