mardi 29 novembre 2022

Au nom du père, du fils Deby et du Cynisme

Written by  Oct 31, 2022

Les mérites guerriers de Deby père étaient indéniables. Ceux du fils sont sujets à caution en raison de la prégnance de l’empreinte de l’hérédité sur les troupes qu’il dirigeait sur les théâtres des opérations et sur la progression vertigineuse de sa carrière militaire en l’absence de faits d’armes éclatants ou de formation d’officier supérieur dans une École de guerre de référence. En revanche, l’hérédité, encore elle, à qui le fils doit ses fonctions de Président dans une République à la suite du père, conforte les deux alliés quand - à leur appétence aiguë du pouvoir pour le pouvoir.

En effet, quiconque, porteur de germes de défiance sur-le-champ démocratique et a fortiori militaire, des fondements de leur pouvoir en paiera le prix fort. Point d’économie de moyens pour réduire à jamais l’adversité au silence. Peu leur importe la proportionnalité et l’égalité des armes. Peu leur importe la loyauté du combat. Peu leur importe l’éthique, la morale et la méthode. Peu leur importe le parjure et le reniement. Peu leur importe les engagements internationaux souscrits par leurs soins au nom du pays en matière des droits de l’homme. Peu leur importe la procédure pénale et le droit pénal.

Et s’il faut pour cela, passer sur les corps, même de leurs partisans et courtisans (le seul métier porteur d’avenir au Tchad), ils le feront sans état d’âme. S’il faut y engager toutes les ressources disponibles et potentielles de l’État, en obérant irrémédiablement l’amélioration minimale des conditions de vie et l’avenir de la population, ils le feront (pour preuve, la primauté et la disproportion des dépenses militaires que la pratique du système rend immaîtrisables). Par ailleurs et sur le plan idéologique, s’il faut dans l’intérêt de la pérennité du pouvoir, être communautariste ou régionaliste, ils le seront pour deux et trois. S’il faut être confessionnaliste, ils le seront pour 4 et 5. S’il faut être ethniciste ou grégaire, ils le seront pour 6 et 7. Panafricaniste et à la fois pilier de la françafrique (encore qu’il peut y avoir un doute raisonnable sur la culture politique du fils), ils le seront. Le père, en son temps, et le fils aujourd’hui, ne croient qu’en la foi de leur pouvoir. Et si cela doit passer par un massacre de masse (1) ou par une pratique méthodique du cynisme (2), ils emprunteront un raccourci pour gagner du temps. D’où l’expression de la diagonale, c’est-à-dire le plus court chemin pour parvenir à une destination. L’un et l’autre s’y sont employés non sans efficience, bénéficiant au passage d’une part, d’une indulgence rare de la communauté internationale, et d’autre part, de services après-vente, toujours laborieux, d’une cohorte patentée de « blanchisseurs » intellectuels et hauts commis d’État au demeurant jetables. Reste que la mémoire de la justice universelle est immuable (3).  

Diagonale dynamique des massacres de masse 

Le tableau de chasse macabre du père est de nature à faire pâlir de jalousie la concurrence régionale. Par métaphore sportive (même si la gravité du sujet ne se prête pas à l’exercice), on pourrait affirmer qu’il était de « classe mondiale ». En cause, et sans égard à la longue liste d’éminentes personnalités politiques, civiles, militants de la société civile et militaires dont l’élimination physique sans procès était une marque de fabrique déposée de l’interminable règne, Deby père s’était particulièrement illustré par des massacres de masse : sans doute des milliers de victimes au Moyen Chari et dans les deux Logones au cours du fameux septembre noir. Idem des Hadjaraï dans tout le Tchad pour leur filiation supposée avec Moldoum, Garboubou et Kaffine, à partir des événements du 13 octobre 1991. Pareil pour les Ouaddaïens, manifestant à N’Djamena contre le vol de bétails et les représailles meurtrières de Ngnuiguilim et Chokoyane, à partir des événements du 8 août 1993, etc.

Quant au fils, « Bon sang ne saurait mentir », et il aurait honte et tort de ne pas faire mieux que le père. La trajectoire naissante de son œuvre macabre est d’une telle portée qu’il battra à très brève échéance la performance du père, construite pourtant patiemment sur la durée. Le fils a inauguré son office par 17 victimes transformateurs sans compter les dizaines de blessés dès le lendemain de sa prise de pouvoir le 27 avril 2021, suivie des dizaines d’Abéchois en janvier 2022, des centaines (probablement) de victimes à Kouri Bougoudi (dans le BET), et l’apothéose du point d’étape, le plat de choix : les transformateurs de Succès Masra et les militants de Whakit Tamma ce 20 octobre dont des centaines de victimes (décédées et blessés) et sans doute, plus d’un millier de déportés. Une vraie boucherie barbare qui questionne sans conteste, le degré d’humanité de ses auteurs.

Cette statistique macabre encore très loin de l’exhaustivité donne l’effroi. Et rappelle par sa dynamique et sa distributivité géographique (Nord, Sud, Est, Ouest), la constance de l’ADN du pouvoir Deby : la cruauté comme paravent à toute velléité de contestation (légitime fut-elle) lorsque la corruption de consciences par les postes de responsabilités ou les deniers du Trésor public montrent sa limite. Mais elle montre surtout que les Deby ne sont ni du camp, selon la vulgate abominable tchadienne, des « nordistes », des « sudistes », des « musulmans », des « chrétiens » ou d’« animistes ». Ils ne sont d’aucun camp si ce n’est de celui de leur propre pouvoir et de sa pérennité.


L’unité et la stabilité du pays n’ont de sens qu’à l’aune de leur acception personnelle, fermez le ban. C’est pourquoi, le constat que le procès en violence contre Succès Masra et Les Transformateurs prennent le pli, paraît pour le moins contre nature dès lors qu’il y a un monde entre l’échelle de gravité de tirs à balle réelle. Celle des exécutions sommaires en plein jour des manifestants non armés et le fait pour ceux-ci de braver l’interdiction, au demeurant constatable légalement et légitimement. Mais il est aussi à déplorer pour l’avenir du Tchad que le procès en « communautariste » servi contre Succès Masra (encore lui) et les siens, prenne le pli chez certains aujourd’hui comme il avait pris hier à l’occasion des présidentielles de 1996 contre Abdelkader Kamougué, de 2001 contre Yorongar Ngarledji, et de 2016 contre Saleh Kebzabo (il s’agit bien de l’actuel premier ministre). C’est sans doute parce que le régime est passé à la faveur de l’usage, maître dans l’art de la pratique du cynisme.

Diagonale du cynisme

Accusé l’autre de ce dont on est soi-même coupable, dépasse la banalité du mensonge, c’est du cynisme qui est le second marqueur du régime. Le fils vient d’en donner une parfaite représentation en se rendant à l’hôpital au chevet des manifestants blessés par des tirs exécutés par des militaires dont il est le chef. Et de surcroît, non pas pour compatir à la souffrance des malheureuses victimes, mais plutôt pour appuyer sa condamnation de la violence des manifestants (dont les victimes blessés, hospitalisés), auteurs du vandalisme du siège des deux partis alliés. À la douleur physique des blessures des corps par balles, il fallait encore ajouter une dose morale et il s’y est chargé personnellement. Mieux, il a décrété une semaine nationale de deuil pour honorer la mémoire des victimes de ses hommes, mais sans le moindre remord, regret, excuse ou pardon à l’endroit desdites victimes et de leurs familles. C’est rationnellement incompréhensible et inexplicable, si ce n’est pas le seul ressort du cynisme. Mais ce n’est pas tout. Il a dépêché Saleh Kebzabo, endosser, face à l’opinion publique, sa furie (au demeurant magistralement exécuté par le commis) contre les manifestants, alors que ce dernier est celui qui avait tout à perdre dans la forme et l’opportunité de cette prise de parole. Il en est de même, de l’exercice jubilatoire de l’inversion de l’échelle des valeurs auquel il s’est livré, après l’épreuve de feu du Premier ministre, en transformant les victimes en bourreaux et ces derniers en victimes. C’est difficilement compréhensible dans une société civilisée. Depuis, c’est le branle-bas dans les rangs du bataillon des affidés qui n’en demandaient pas tant pour lui emboîter le pas les médias publics sans le moindre contradicteur.

Mais ça l’est aussi et c’est désormais une évidence, à travers le verrouillage méthodique et horloger, notamment de la préparation de la liste des participants, de la direction et des délibérations du fameux Dialogue National Inclusif et Souverain (DNIS), pour en dégoutter de la participation les contradicteurs et leur imputer gaiement la responsabilité pour cause de radicalité de mauvais aloi. Le DNIS, une réussite dixit ses promoteurs, mais avec autant de morts, de blessés et de déportés à peine deux semaines après, qu’en aurait-il été s’il avait été un échec ?

Par ailleurs, le cynisme du régime, c’est aussi aller chercher la meilleure expertise à l’international, non pas pour aider au développement du pays ou à asseoir une gouvernance vertueuse, mais plutôt pour le dévoiement de la légalité et l’instrumentation de la forfaiture. La présence de son Excellence Mahamat Saleh Annadif dans le gouvernement Kebzabo en est un petit aperçu : un vrai gâchis.    

Mais, au-delà, la pratique du cynisme par le système Deby est à l’échelle industrielle. Elle convoque les médias d’État et les médias privés partisans, l’appareil sécuritaire, les appareils judiciaire et administratif, la Kyrielle de partis politiques et d’organisations de la société civile factices et/ou alimentaires et pire, les chefs religieux et les relations familiales et amicales des cibles. Aujourd’hui, tout l’appareil de l’État tchadien avec l’ensemble des ressources humaines, matérielles, financières, disponibles et mobilisables sont dévolus prioritairement au harcèlement, à l’intimidation, au chantage, à la calomnie, à l’humiliation, à la persécution de Succès Masra (et dans une moindre mesure, du leader de Whakit Tama et de Yaya Dillo).

Passent les inondations et la famine endémiques. Passe, l’enclavement intérieur et extérieur du pays. Passe la faiblesse structurelle des ressorts de l’économie, de l’éducation et de la santé. Passe, le désœuvrement structurel des forces vives de la nation. Passe, l’absence d’outils de production confinant l’économie nationale à l’échelle de celle de boutiquier. Passe, la confiscation des richesses nationales par un clan. Passe la désespérance de la jeunesse en l’avenir, leur présent étant déjà compromis. Briser les reins de Succès Masra et à défaut, le soumettre est le seul déterminant du moment du régime. L’épreuve de feux nourris de tous les fronts que celui-ci et ses partisans, subissent depuis quatre ans de la part de l’État et de son bras politique le Mouvement Patriotique du Salut (MPS), ex-parti au pouvoir, est au-delà de la limite du supportable pour l’espèce humaine. Dans ces conditions, il est difficile d’être résilient plus longtemps, d’où l’indulgence compréhensible que ce dernier adopte à l’égard de ses ex-militants et cadres qui ont cédé, même si pour ce faire, ceux-ci ont dû être obligés de passer par la case de la contrition publique en accusant les anciens camarades de « tous les péchés d’Israël » comme s’y est livré, le désormais ex-vice-président du parti.

La défection organisée de celui-ci, après tant d’autres, est destinée à servir le récit préfabriqué d’un parti infréquentable par les « nordistes » pour cause de communautarisme chrétien. Or, à l’analyse, entre un Succès Masra qui n’a jamais encore exercé une moindre responsabilité publique de l’État, pour permettre d’en mesurer le degré de communautarisme, et ceux dont c’est l’alpha et l’oméga de la gouvernance publique depuis 32 ans, le premier ne peut décemment recevoir des seconds, de leçons de civisme, d’égalité et encore moins de républicanisme.

Feu Ibni Oumar Mahamat Saleh, alors secrétaire général du PLD et surtout porte-parole de la coalition CPDC avait fait les frais d’un ostracisme larvé des dignitaires communautaires et religieux, organisé par le régime pour son refus de se rallier à la candidature de Deby père à la présidentielle, mais surtout pour intelligence avec l’ennemi « sudiste » incarné par les autres leaders des parties de la coalition. Ses trois compagnons d’alors, membres éminents aujourd’hui du régime du fils peuvent en témoigner, même s’ils ne sont plus à un reniement près. Il était pourtant musulman et « nordiste » bon teint.

Moussa Faki, ex-dignitaire du régime, aujourd’hui en rupture de ban, après une introspection rendue possible par ses éminentes fonctions de président de la Commission de l’Union Africaine (UA), est voué aux gémonies par le système pour avoir simplement osé rappeler le principe de la disposition de l’article 25 de la Charte Africaine de la Démocratie, proscrivant l’éligibilité des auteurs de changement anticonstitutionnel, mais aussi pour avoir condamné comme l’ont fait tous les responsables des institutions internationales, les massacres du 20 octobre. Désormais, plus rien ne lui sera épargné, y compris les égouts et leurs émanations nauséabondes. Son procès en ingratitude étant désormais sur la table d’instruction. Pour en avoir été, il sait à quoi s’en tenir. Il est désormais une cible de choix et sa filiation avec le clan ne pèsera pas lourd dans la balance. Telle est aussi la situation de Yaya Dillo.

À l’évidence, le sentiment de toute-puissance du régime s’explique en interne par la faiblesse institutionnelle entretenue, reléguant tous les leviers de contre-pouvoirs que sont notamment la justice (judiciaire, administrative et constitutionnelle), le parlement, les autorités administratives indépendantes, les médias publics, à un simple rôle de décor ou mieux, à celui d’instruments à la dévotion du Président, des siens et de son parti. Il s’explique en externe par le bouclier que déploie irraisonnablement et systématiquement la France pour protéger le régime en contrepartie des services rendus à son armée. Mais une chose est certaine, ces protections ne peuvent toujours triompher de la justice dont la mémoire est immuable.   

La mémoire immuable de la justice

Il est une certitude que ne peuvent contester même les thuriféraires du régime : c’est la déliquescence avancée du pays.  En effet, en dehors de leur gloire personnelle, qu’est-ce qu’ont fait les Deby du tunnel de 32 ans de leur pouvoir qui soit de nature à améliorer le quotidien des citoyens et offrir une perspective d’avenir au pays ? Rien et trois fois rien. Inutile de revenir sur l’abysse de leur passif. Comme l’a écrit le journal Le Monde sous la plume de Jean-Philippe Rémy, le 19 février 2008 à propos de Deby père : « mais, hormis survivre, qu'a-t-il fait depuis son arrivée au pouvoir en 1990 ? Rien, au fond, qui ait marqué une véritable rupture avec la « guerre de Trente Ans » subie par le pays au lendemain de l'indépendance et qui, avait-on espéré, devait prendre fin avec son arrivée au pouvoir. Tandis que se poursuit l'épopée des guerriers tchadiens, le pays continue de souffrir mille morts, dont celle de sa démocratie ». C’est sacrement d’actualité 14 mois après sous le magistère du fils.

Les jeunes manifestants dont certains ont été sauvagement exécutés ce jeudi 20 octobre et d’autres, déportés sans être présentés au préalable à un officier de police judiciaire et sans un arrêté d’éloignement du ministre de la Sécurité publique, sont sensibles et réceptifs aux discours de Succès Masra et autres Yaya Dillo ou Max Loalngar. Parce que ceux-ci sont simplement porteurs d’espérance et de promesse de méthode partagée de direction du pays et d’évaluation de la gouvernance et des résultats d’une part. Et d’exemplarité et de responsabilité des décideurs publics à l’égard des citoyens, d’autre part. C’est la seule raison pour laquelle ils sont écoutés par ces jeunes, sortis massivement braver ce jeudi 20 octobre l’interdiction arbitraire de manifester. Ils le feront encore et encore en dépit de ce lourd tribut et le risque non moins réel de nouveaux massacres dans leur rang par le régime. L’élimination physique de ces leaders qui, sous ce régime, n’est pas qu’une hypothèse d’école ne pourra rien contre cette dynamique d’éveil de la conscience populaire. Le germe est planté. D’autres, encore plus nombreux, reprendront le flambeau.

Le pouvoir ne doit cependant pas se méprendre, les auteurs intellectuels et matériels, les co-auteurs, les complices et receleurs des massacres du 20 octobre doivent se rendre à l’évidence que la mémoire de la Justice est immuable surtout en matière de crimes qui plus est, contre l’humanité. Une qualification hautement plausible dans le cas des massacres du jeudi noir et par conséquent, susceptible de fonder la compétence universelle des juridictions des pays étrangers. Nombreux sont les Tchadiens ou non, qui y travaillent. Ils ne ménageront pas leurs efforts pour maintenir vive cette mémoire.


Le hasard de l’actualité contemporaine à celle du jeudi noir tchadien le rappelle s’il en est besoin, par deux procès en cours sur des circonstances de fait similaires : le premier à Conakry, celui de l’ex-Président guinéen Moussa Dadis Camara, treize (13) ans après les massacres et viols de masse au stade de football, le 28 septembre 2009. Le second, devant la cour d’assises de Paris, celui de Kunti Kamara, ancien seigneur de guerre libérien de l’ULIMO, pour des massacres et viols de masse commis en 1993, soit vingt-neuf (29) ans plus tôt. 

À méditer.

Orléans le 31 octobre 2022

Abdoulaye Mbotaingar
Docteur en droit,
Maître de conférences, Université d’Orléans
Membre du centre de recherche juridique Pothier (CRJP), EA 1212
Chargé d’enseignement, Université Paris-Dauphine-Psl

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays