dimanche 2 octobre 2022

DNIS : plénière sur la synthèse de la thématique 4 entamée

Sep 22, 2022

Les travaux de la plénière du dialogue national inclusif et souverain DNIS se poursuivent. Les débats sur la thématique 4 « politiques publique et sectorielle » viennent d’être repris ce 22 septembre 2022 au palais de 15-janvier de N’Djamena. Reportage.

Ce rapport soumis à la plénière renferme 824 recommandations. La synthèse du rapport compte 28 pages avec 13 sous-thèmes. Elle a été présentée par le rapporteur général de la commission 4 après le décor planté par M. Mbogo Ngabo Selly, président de cette commission. Les sous-thématiques sont, l’économie et la finance, le développement rural, Éducation nationale, communication et technologie de l’information et de la communication (TIC), mines, énergie et pétrole, hydraulique pastorale et rurale, développement durable, santé et affaire sociale, jeunesse, la culture et sport la fonction publique et la politique extérieure et la diaspora.

Suivant les débats, les répondants de quelques corporations certains ont relevé que le secteur éducatif est malade. Ils proposent que ce soit restauré le concours d’entrée en 6e et le Certificat d’Études primaire et élémentaire du Tchad (CEPET). Selon ces intervenants, ces examens permettent de faire un meilleur tri des élèves qui vont aborder l’école secondaire. D’autres interventions touchent le secteur aéronautique. En substance, Mme Safia Youssouf, ressort que la position géographique du Tchad constitue un atout dans ce secteur. L’aviation tchadienne n’existe pas donc il faut repenser ce secteur qui est d’ailleurs très porteur. Hassan Adoum Bakhit oriente son intervention sur la distribution de la richesse. Il signifie qu’il faut que la répartition des marchés publics soit transparente. L’intervenant insiste sur le fait que les appels d’offres et les marchés de gré à gré ne se font pas selon la procédure normale. Leur mauvaise répartition fait perdre l’État, dit-il.

M Kamkil, délégué de la Tandjilé, s’est exprimé sur le climat des affaires. Il estime qu’il faut assainir ce secteur. Selon lui le fait que les militaires soient visibles partout dans la ville fait peur aux investisseurs qui pensent que le Tchad est en guerre permanente. Il demande aussi que la présentation des malfrats à la presse cesse. Un investisseur qui voit ces choses se verrait être en insécurité. Le code général des impôts au Tchad est dur et n’encourage pas les investisseurs, en plus le manque de l’électricité. Il termine son intervention en relevant la question d’infrastructures routières. En ce moment, tous les tronçons qui relient nos provinces à la capitale sont dans des états de dégradations avancées, dit-il. Haroun Badaoui constate qu’aucune recommandation n’a été faite au sujet de firme pharmaceutique locale. Il propose que cela soit pris en compte. Pour Haroun Badaoui, si les médicaments sont produits localement, cela résoudrait le problème des médicaments de la rue. Adoum Manani relève la question de lq pauvreté des Tchadiens. Selon lui, il faut bien organiser les mécanismes des microcrédits. C’est une seule façon pour résoudre ce problème de pauvreté. Plusieurs pays ont expérimenté et les résultats sont encourageants dit-il. Un autre participant s’exprime sur le secteur tourisme et propose que le rocher Hadjar Alphile ou éléphant dans le Hadjar Lamis soit enregistré dans le patrimoine national pour booster le tourisme.

Au sujet de l’intégration des jeunes à la fonction publique, Ali Ahmat Birémé propose que la masse salariale de l’État soit assainie. Il recommande que les dettes intérieures soient aussi payées pour faire développer le secteur privé. Sinon on va tout droit au mur.

Moyalbaye Nadjasna

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays