lundi 26 septembre 2022

DNIS : houleux début de la plénière de mise en forme

Sep 15, 2022

La commission N1 : « Paix, Cohésion Sociale et Réconciliation Nationale » a présenté son rapport ce jeudi 15 septembre dans la grande salle du palais de la culture. Après lecture de la synthèse du rapport par Djimet Arabi, les participants sont rentrés dans les vifs sujets avec des débats houleux. Reportage  

Dès l’ouverture de la plénière, le président du Présidium Gali gatta ngothé a recadré l’assistance sur la gestion du temps de la prise de parole. Même l’ancien Premier Ministre Delwa Kassiré s’est vu refuser la parole.

Le président de la Commission Paix, Cohésion Sociale et Réconciliation Nationale Abdramane Djasnabaye serait malade. C’est la vice-présidente Mme Achta Djibrine Sy qui a pris la parole. Elle a relaté la laborieuse ambiance lors des séances de travaux de la commission.

La Synthèse des travaux de la première commission du dialogue national inclusif et souverain dénombre toutes les questions abordées par cette dernière.  Elles concernent la cohésion sociale au Tchad, les problèmes comme les causes et cela sur les plans politique, culturel, éducatif, social et économique. L’État de lieu sur les forces de défense et de sécurité, l’application de codes de famille, les conflits agriculteurs éleveurs étaient au centre des débats.

Prenant la parole le président du Parti Action Socialiste Tchadienne pour le Renouveau (ASTRE) Alladoum Djarma Balthazar a demandé de revoir le fond et la forme de la synthèse du rapport. Pour lui des termes racistes sont utilisés alors que le monde ne parle plus en terme de « noir et blanc » auquel il demande à être rectifier.  Alladoum Djarma Balthazar dénonce également certaines résolutions proposées notamment celles qui réclame la suppression des partis politique. Pour lui toucher aux droits acquis enfreint aux libertés. Parlant de la restauration de la cour Martiale, Alladoum Djarma Balthazar explique soutient : « nous sommes engagées dans les conventions internationale alors que personne n’a forcé le Tchad à souscrire. Les gens font allusion aux États-Unis alors qu’il ne fait pas partie de ces conventions. Ce que les gens ignore et ne veulent pas comprendre ». Sur l’enseignement des arts et cultures dans les cours secondaire générale. Alladoum Djarma Balthazar suggère à l’État de créer des écoles propres à vocations culturelle, artistique afin que les jeunes puissent bénéficier.

Concernant le code de famille Brahim Ben Seid président Nationale de CLTT explique que le Tchad est un pays laïc mais plusieurs famille souffre des injustices de la part de leurs proches. Il y a des familles chrétienne qui sont légalement marié mais au décès de leurs maris la femme n’hérite pas des biens de son mari et parfois abandonné à sa triste sort avec à sa charge ces progénitures. Au cas où elle hérite les enfants sont confiés à un parent de son mari ce qui n’est pas faisable souligne-t-il. Il ajoute « je souhaite que le gouvernement traite cette situation ».      

Le ministre de la Justice Mahamat Ahmat Alhabo crève l’abcès concernant le dossier de la disparition de l’opposant Ibni Oumar Mahamat Saleh qui serait classé. Pour lui le dossier doit être dépoussiéré et remis sur la table de la justice.  Il souligne ainsi : « je voudrais demander solennellement à tous ceux qui savent quelque chose sur la disparition d’Ibni Oumar. Qu’ils nous le disent afin qu’on ouvre ce dossier. On ne peut pas faire la réconciliation sans avoir dit la vérité ».

Le rapatriement de corps de l’ancien Président de la République Hissein Habré, les conflits agriculteurs et éleveurs a Kyabé, la secte nébuleuse Boko Haram dans le Lac ont été évoqués.

Djénom Josiane

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays