samedi 26 novembre 2022

L’élection du représentant des artistes à la HAMA est contestée

Aoû 10, 2022

Les 10 candidats malheureux à l’élection du représentant du monde des arts et de la culture à la Haute Autorité des Médias et de l’Audiovisuels (HAMA), ont organisé un point de presse ce 10 aout à la maison des médias du Tchad. Ils dénoncent les irrégularités qui ont selon eux a entachée cette élection Ils demandent son annulation. Reportage.

Selon les contestataires, le vote qui s’est déroulé le 6 aout dernier à la Bibliothèque nationale est entaché d’irrégularités et les candidats malheureux à ce que cette élection soit annuler. Pour eux, cette mascarade électorale vilipende le milieu culturel et artistique qui doit servir de probité, de morale et d’intellectualisme. Ils affirment que le Bureau Tchadien du Droit d’Auteur BUTDRA les a mis devant un fait accompli et ils refusent d’accepter cela. Sinon la justice tranchera cette affaire au besoin. « Il est dit que ce sont seuls les 735 sociétaires du BUTDRA détenteur de leur carte sociétaire qui doivent voter. Sur les 735 sociétaires déclarés par le directeur, il n’y a eu que 121 votants. Monsieur Allamine Kader, de mèche avec le DG et le directeur des arts, ont à eux seuls monté cette combine. Sachant d’avance que c’est monsieur Allamine Kader qui sera élu, cette magouille a été démasquée par les artistes lors de la rencontre avec madame la ministre de la Culture » a indiqué le représentant des candidats malheureux Nocky Djédanem. Selon lui, les artistes se sont ressaisis pour attendre la fin du vote pour se concerter afin de dénoncer les irrégularités constatés. Il déclare que le vote doit en temps normal être ouvert à tous les artistes reconnus par les trois plateformes, mais ce n’était pas le cas.

Nocky Djédanem dénonce la confusion que les organisateurs ont semée dans la tête des artistes. Selon lui, Le BUTDRA à travers son directeur organisateur de l’élection affirme qu’aucune carte du BUTDRA n’a été délivrée à quelconque sociétaire depuis 2017. Tout de même, ils imposent le vote par présentation de cette carte. A leur grande surprise, le directeur des arts dit que la carte n’est pas obligatoire et que les artistes peuvent voter par présentation de leur carte d’identité nationale. Le représentant des candidats malheureux estime que cette manière de faire n’honore pas le monde des arts et juge utile de le porter à la connaissance de l’opinion nationale les faits qui se sont déroulés.

Kouladoum Mireille Modestine

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays