vendredi 2 décembre 2022

Formation sur la sécurité alimentaire au Tchad

Juil 19, 2022

Il s'est tenu ce matin 18 juillet 2022 un atelier de formation sur l'analyse de la situation sur la sécurité alimentaire au Centre d’Étude et de Formation en Développement (CEFOD). L'atelier est organisé pour le Système d'information sur la sécurité alimentaire et alerte précoce (SISAAP) avec l'appui technique et financier d'Oxfam, CILS, Save the children, etc. Reportage.

Lancé officiellement ce matin au CEFOD, l'atelier de formation des membres de la cellule nationale d'analyse sur la version 2.0 du cadre harmonisé certifiant niveau I va durer 5 jours. Pour Mounira Abdoulaye Affadine, technicienne de cette organisation indique que le Système d'information sur la sécurité alimentaire et d'alerte précoce (SISAAP) est une institution sous tutelle du ministère de l'Agriculture. Elle souligne que le cadre harmonisé est un outil fédérateur qui permet d'analyser la situation alimentaire et nutritionnelle des ménages. Madina affirme que cette organisation a été adoptée par le Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS). Elle regroupe plusieurs États de l'Afrique de l'Ouest, Centrale, de l'Est, notamment le Tchad. Madina Abdoulaye Affadine relève que la formation des membres de la cellule nationale d'analyse sur la version 2.0 du cadre harmonisé certifiant niveau I a pour objectif de renforcer la cellule des rôles de pôles des experts analystes au niveau national. « Les participants seront dotés des outils d'analyse et seront évalués afin d'être certifié niveau I », a-t-elle dit.

Par rapport à la situation d'insécurité alimentaire au Tchad, elle fait savoir que le SISAAP effectue deux fois par an des analyses. L'un fait à la période post agricole soit le mois de novembre et une seconde au mois de mars qui consiste à réévaluer la situation, a-t-elle martelé. La technicienne confie que cette année, ils ont alerté le gouvernement depuis le mois de novembre dernier. « Avec le dérèglement climatique comparativement à l'année dernière, il est enregistré une faible pluviométrie. Il est aussi constaté une baisse de production céréalière et également la faible disponibilité de pâturage pour les animaux », dit-elle. Les autorités tchadiennes ont été alertées que la situation de la sécurité alimentaire allait de mal en pire a-t-elle relevé. Elle ajoute que rien n'a été fait du côté de décideur. « En mars dernier, nous avons confirmé qu'il y a plus de 1.000.700 personnes sont en insécurité alimentaire et si rien n'est fait sur le terrain, surtout pendant la période de soudure (juin, juillet et août), la situation allait être préoccupante », a-t-elle déclaré. Madina ajoute qu'au mois de mars dernier, la situation s'est encore empirée. Au vu des analyses fournies par le SISAAP, le gouvernement de transition a décrété une urgence alimentaire et fait appel aux partenaires afin de venir en aide aux personnes en situation d'insécurité alimentaire et nutritionnelle dans l'ensemble du territoire national, a-t-elle conclut.

Signalons que cette formation consiste à outiller les participants à élaborer des analyses et proposer des solutions pour lutter efficacement contre l'insécurité alimentaire au Tchad.

Abderamane Moussa Amadaye

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays