vendredi 2 décembre 2022

Dialogue national inclusif : la date fixée par le Premier ministre fait réagir

Juil 16, 2022

L’annonce pour la troisième fois de la date de la tenue du dialogue national inclusif (DNI), prévu cette fois pour le 20 août prochain. Une fixée par un arrêté du Premier ministre de la transition, Pahimi Padacké Albert a fait réagir certains analystes et membres de la société civile. Ils pensent que cette annonce exclue plusieurs acteurs et ne prend pas en compte toutes les préoccupations des Tchadiens. Reportage.

Par arrêté le Premier ministre de la transition, Pahimi Padacké Albert a fixé pour la troisième fois, après les deux premières fixées par le Président de la transition, la tenue effective du DNI pour le 20 août prochain. Certains analystes et leaders de la société civile craignent que cette date soit prise de manière unilatérale et ne prend pas en compte les préoccupations de tous.

Pour l’enseignant chercheur au département de la communication de l’université de N’Djamena, Dr Evariste Ngarlem Toldé, depuis toujours la tenue du DNI était conditionnée par un accord entre les politico-militaires et le Conseil Militaire de Transition (CMT) à Doha au Qatar. Selon lui, les Tchadiens sont surpris par l’annonce de cette date, parce que jusqu’à là, aucun accord n’est obtenu et tout le monde veut que ce dialogue soit inclusif et souverain. Il note que cette fois-ci c’est le chef du gouvernement de la transition qui annonce par arrêté la date. Les Tchadiens s’interrogent sur les chances de réussite ou de tenue de ce dialogue. Il affirme qu’apparemment les conditions ne sont pas réunies pour son organisation. Le chercheur souligne que l’une des conditions était que l’accord de Doha devrait s’ajouter aux autres conclusions du pré dialogue pour avoir un document final pouvant aider à discuter lors des assises.

Dr Ngarlem Toldé estime qu’il n’y a pas encore un rapport qui s’est ajouté au document remis par le CODNI. L’analyste soutient que la dernière c’est à la demande du Qatar que la date a été repoussée. On aurait aimé que la date soit fixée de manière consensuelle. L’enseignant chercheur qualifie ce geste d’amateurisme du gouvernement. Il estime que les autorités de la transition font des calculs en voulant rapidement aller au dialogue pour clore tout avant les 18 mois. Pour lui, un dialogue sans les politico-militaires n’est pas rassurant. Il prédit que ce dialogue ressemblerait aux forât organisés par le défunt président et ce sera dommage pour le pays.

Même réaction de l’ancien président de la ligue tchadienne de droit de l’homme (LTDH), Énoch Djondang qui ajoute que dans ces conditions, le DNIS n'a plus de sens, et la nouvelle date du 20 août 2022 devrait concerner la tenue d'un DNI dans la droite ligne des préparatifs du CODNI et des deux forums dits inclusifs précédents de 2018 et 2020. Selon lui, il serait plus simple de tenir un DNI qui réhabilite la Charte Nationale du 28 février 1991, qui n'est pas très différente de la Charte actuelle du CMT, dans l'esprit et la lettre.

Il conclut que la Charte de 1991 du défunt président Deby Itno aura l'avantage de la clarté, sans agendas cachés, sans manœuvres grossières, et consacrerait un nouveau régime, en mettant un terme à la transition actuelle qui est déjà un échec évident.

Jules Doukoundjé

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays