vendredi 2 décembre 2022

Indemnisation des victimes de Habré, un autre combat

Jui 16, 2022

Le collectif des avocats des victimes de l’ancien dictateur tchadien Hissène Habré demande une justice complète et non à moitié. L’Association tchadienne pour la promotion et la défense des droits de l’homme au Tchad (ATPDH) estime qu’il faut poursuivre la lutte pour la restauration de la vérité.  Reportage.

Selon Mme Hildjima L. Agnès, présidente de l’Association tchadienne pour la promotion et la défense des droits de l’homme (ATPDH), ils ont fait de la lutte contre l’impunité leur cheval de bataille depuis 1991, date de sa création. A son avis, l’ATPDH a intégré dans ses activités les crimes et exactions commis sous le règne de Hissène Habré. Pour elle cela ne fait aucun doute des violations massives des droits de l’homme ont été au cœur du système Habré. Mme Agnès souligne que leur association s’est inspirée par l’affaire Pinochet (Chili) et a décidé de contacter Reed Brody de Human Right Watch. D’après elle, Reed Brody s’est révélé être un vrai stratège dans la poursuite de Habré et ses complices. « Une coalition d’organisations tchadiennes, africaines et internationales : la Ligue tchadienne des droits de l’homme (LTDH), la Rencontre africaine des droits de l’homme (RADHO), l’Union africaine des droits de l’homme (UADH), Amnistie internationale et la Fédération internationale des droits de l’homme, s’est mise en place. Main dans la main, cette organisation a œuvré avec l’ATPDH et l’Association des victimes des crimes et répressions de Hissène Habré (AVCRHH) pour obtenir la condamnation à perpétuité de Habré devant les Chambres africaines extraordinaires (CAE) au Sénégal », révèle-t-elle.

Le processus a commencé depuis 2 février 2000 avec l’inculpation par le juge Mbakandji du dictateur tchadien, indique la présidente de l’ATPDH. Elle précise que cette démarche a survécu à tous les soubresauts politico-judiciaires et est parvenue à obtenir cette condamnation. « Les victimes et leurs avocats ont gagné leurs batailles, mais il reste la bataille de l’indemnisation et de réconciliation. L’ATPDH va toujours rester aux côtés des victimes et leurs avocats pour remporter aussi cette manche », lance-t-elle. Pour Mme Agnès, le collectif des avocats des victimes à leur tête Me Jacqueline Moudeina a effectué un travail impeccable, mais difficile. L’AVCRHH née sur initiative de M. Souleymane Guengueng, rescapé de geôle de Habré, présidée actuellement par M. Clément Abaifouta a fait également un beau travail. L’ATPDH poursuit dans sa dynamique de lutte pour la restauration de la vérité, insiste-t-elle.

La lutte n’est pas terminée, s’armer du courage

Me Jacqueline Moudeina, avocate principale des victimes fait état de 40 000 morts, des milliers des disparus suite aux atrocités du règne de Habré. Des veuves et orphelins sont abandonnés à leurs tristes sorts, poursuit-elle. Elle explique qu’ils ont trimé pendant 27 ans. Pendant ce temps, soutient-elle, certaines oreilles leur ont écouté et certains cœurs ont compati avec eux. Ceux-ci, rapporte l’avocate, se sont associés à eux sur le chemin de la justice. Simplement, dit-elle, parce que les victimes et les avocats n’ont pas choisi la vengeance. L’avocate rappelle que le processus du procès d’Habré a commencé à Dakar au Sénégal, puis en Belgique, revenu à Dakar, puis Nairobi en suite Rwanda et enfin revenu à Dakar. Elle affirme aussi que la création des Chambres Africains Extraordinaires (CAE) fait suite à une âpre négociation entre le Sénégal et l’Union Africaine (UA). Ce sont les CAE qui ont réussi à juger Habré. Nous avions un dossier solidement confectionné avec des preuves irréfutables. Cela a fait secouer la tête des juges d’instruction. Ils sont venus au Tchad au moins 5 fois en commission interrogatoire internationale, soutient-elle.

D’après Me Jacqueline, la fosse commune a retenu leur attention, c’est ainsi que des experts argentins étaient dépêchés sur le terrain pour procéder aux excavations. Cela pour avoir la certitude et l’assurance des preuves inscrites dans le dossier d’accusation. Me Jacqueline déplore le fait qu’à leur retour du procès c’est comme s’ils étaient aux toilettes. Selon elle, et les victimes et les avocats ont encaissé ces douleurs. L’avocate déclare qu’ils vont continuer à encaisser parce qu’au-delà, les victimes ne sont pas toujours indemnisées. « On nous dit qu’il y a justice, mais il n’y a eu jamais justice. La justice est complète et non à moitié. Si nous voulons l’impunité zéro en passant par la justice, c’est pour obtenir une justice complète. Il y a des personnes qui se sont constituées parties civiles et les juridictions leur ont fait droit. Mais jusqu’aujourd’hui leur constitution en partie civile est sans droit », tels sont les résultats du jugement de N’Djamena, assure-t-elle.

Moyalbaye Nadjasna

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays