Hymne national
     Le pays
     Constitution
     Assemblée
     Gouvernement
     Opposition
     Tourisme
     Art & Culture
     Musique
     Sports
     Cuisine
     Images du Tchad

     Éditorial
     Actualité
     Interview
     Forums
     Salon d'entreprises
     Emploi
     Annonces
     Sahibi
     Poésie
     Livre d'or
     Archives
     Groupe ialtchad


  Opinion 

IALTCHAD OPINION 
« Le dernier Combat du Général Idriss Déby Itno »
Par Enoch Djondang

Article paru le 31 août 2006, Ialtchad Presse


« Le dernier Combat du Général Idriss Déby Itno »
Par Enoch Djondang

Enfin ! Grâce aux recettes de la méthode Idriss Deby Itno (IDI), notre pays va prendre pied dans la production de son pétrole. Peu importe la brutalité du procédé présidentiel décrié par ses adversaires, il n’y a pas de procédure « prédéfinie » en la matière, quand il s’agit d’une remise en cause et non d’une révision de contrat. Les exemples dans l’histoire récente sont nombreux : le cas du Dr Mossadegh d’Iran, Hugo Chavez du Vénézuéla, Evo Moralès de Bolivie, etc. Le problème n’est pas de pleurnicher sur les intérêts des majors pétroliers, mais d’aller dans

le sens du droit des peuples à disposer de leurs richesses.

Il est vrai que notre pétrole était bradé, tout le monde l’avait démontré et dénoncé. Il n’y avait pas d’autres solutions à terme que celles intervenant avec les dernières décisions du général IDI. Que cela lui coûte le pouvoir, là n’est pas le problème. C’est une question nationale fondamentale qui transcende l’état actuel de gouvernance de notre pays.

Bon ou  mauvais régime, c’est une illusion de croire qu’un vrai dialogue à lui seul suffirait à résoudre le mal tchadien. Il s’agit d’un problème d’hommes et d’époque. Il faut être clair : le phénomène de la rébellion armée est l’obstacle majeur au décollage du Tchad sur tous les plans. Surtout que ce phénomène s’est institutionnalisé depuis les régimes précédents, on ne peut pas démontrer qu’il apportera un changement fondamental, en dehors de remplacer un clan par un autre. Les interminables querelles claniques de leadership dans les groupes armés le manifeste. Il n’y a jamais eu de « lutte de libération nationale » au Tchad, ni au Nord ni au Sud depuis 30 ans, mais des luttes pour le pouvoir, avec le soutien d’influences étrangères. L’état actuel du pays du troglodyte Toumaï est la résultante de toutes ces luttes et violences anachroniques. Pire ! Aujourd’hui, les groupes rebelles sont tombés dans le piège d’une satellisation au conflit du Darfour et présentés comme des forces de mercenariat montées de toutes pièces par et contre les gouvernements du Tchad et du Soudan. Cette vision, largement partagée dans les milieux diplomatiques, n’incitera pas la « communauté internationale » à parrainer de vrais tables rondes pour résoudre définitivement le problème. Car, par principe, les conflits sont classés par types sur le plan du droit international, et celui du Tchad, intervenant dans un contexte où une Constitution existe et reconnue, l’engagement de la communauté internationale se limiterait, au nom de la paix et du business, au retour monnayé des rebelles au « bercail » et non pas remettre en cause le régime de IDI.

De ce point de vue, l’opposition civile dite « radicale » du moment a raté son préalable de participation des rebelles à un dialogue « inclusif ». Elle aurait dû poser aux rebelles le préalable de la reconnaissance formelle du noyau dur de la Constitution issue de la Conférence Nationale Souveraine (CNS), à savoir le Préambule, les Titre 1 et 2 relatifs aux fondements de la République (laïcité, égalité totale des citoyens, suffrage universel, etc). Il n’est pas sur que ces groupes armés issus de minorités ethniques dominantes et privilégiées, soient vraiment pour une gouvernance légitime par les urnes qui ne les arrangeraient pas. En ignorant cet aspect des choses, l’opposition politique dite « radicale » remet implicitement en cause les Actes de la CNS ayant aboli la prise du pouvoir par la force et la confiscation de la souveraineté du peuple par un groupe dominant. Le dialogue utile avec des groupes armés obéit à une démarche différente de celle avec des groupes civiles légaux, c’est la nuance qu’il faut accepter, quitte à ce que, au terme des deux processus de dialogue, un nouveau cadre de légalité remplaçant la Constitution actuelle, permette à chacun de participer à la mise en œuvre du nouveau consensus national. Les formules Kano, Lagos, Franceville sont périmées.

Les politico-militaires sont assez grands pour poser eux-mêmes leurs préalables, au lieu d’être instrumentalisés par d’autres acteurs comme un épiphénomène récurrent de surenchère dans les rapports de force politiques. La recherche de la paix dans un pays ne saurait se faire à n’importe quel prix, surtout quand il s’agit du Tchad, pays où les inégalités, les préjugés régionaux et religieux, la médiocrité et le pillage, la violence politique et l’impunité ont été institutionnalisés progressivement mais sciemment durant plusieurs décennies.

L’Union Européenne tente de lancer un processus de dialogue et de sortie de crise à la « togolaise », pour obtenir un accord politique transitoire entre le régime de IDI et l’opposition dite « radicale » du moment (CPDC, FAR). Cet accord entérinerait la « légitimité » de fait du quinquennat actuel de IDI, en échange d’un partage équitable du pouvoir et de la manne pétrolière qui apaiserait les tensions dans le pays. La formation d’un Gouvernement de large consensus et les élections législatives en 2007 boucleraient ce processus. Dans le fond, on cherchera à préserver les gros intérêts engendrés par la manne pétrolière croissante, en optant pour des solutions douces qui contourneraient l’essentiel, à savoir l’alternance. Aujourd’hui, la Chine populaire devient la 5e puissance de l’Axe Tchad, après la France, les USA, la Libye et le Soudan. Dans quelle mesure ces puissances pourraient-elles s’entendre sur une gouvernance consensuelle à N’djaména qui tiendrait compte de leurs intérêts et visées divergentes ? Chacune s’arrangera à disposer de ses propres valets tchadiens (partis politiques, sociétés civiles, rebellions armées), et ces derniers auront-ils de la mesure pour ne pas affaiblir et détruire davantage leur pays dans les luttes fratricides pour le pouvoir ? On observe que, depuis les années 50, c’est l’Etranger qui oriente et diligente la vie publique au Tchad.

En attendant, quand un Acte de Gouvernement est susceptible de modifier profondément le cours des évènements et le sort des populations d’un pays, un vrai patriote démocrate n’a pas le droit de se dérober et d’aller se camper dans une position de blocage épidermique à l’endroit d’un pouvoir. Car si le pouvoir de IDI devrait durer encore des années, on ne peut demander à chaque fois aux élites de démissionner en boycottant les évènements marquants. Une vraie opposition devrait se montrer plus agressif et moins défaitiste : le pétrole appartient à tous les Tchadiens et non pas à IDI et ses proches exclusivement ! L’Union des Syndicats du Tchad (UST) et le Syndicat des Enseignants Tchadiens (SET) l’ont bien compris en acceptant d’entrer dans la commission mixte de renégociation. C’est à l’intérieur que ces centrales syndicales trouveront les éléments de leur stratégie future, quand il faudra réclamer la part du travailleur tchadien.

Etre dans une telle commission ne signifie pas soutenir le régime de IDI. L’enjeu est plus que cela. Au lieu de former des coalitions pour défendre des conventions elles-mêmes décriées dès le départ, il faut jouer le jeu avec IDI cette fois-ci pour percer tous les mystères de la gestion d’un dossier initialement réservé au Clan. On pourra alors, en connaissance de cause, marquer sa différence ou son opposition en temps opportun. Or, nous avons l’impression que quand une crise survient entre le Gouvernement et des intérêts étrangers, la réaction immédiate des autres acteurs publics est de prendre partie pour les intérêts étrangers. Comme si l’image du Tchad commandait de rester dans la merde que nous avions avalé à un moment donné ?
    
Par exemple, dans le bras de fer avec la Banque Mondiale, nous avions soutenu l’introduction de la Sécurité dans les secteurs prioritaires à financer par les revenus pétroliers. Ce n’était pas pour soutenir IDI, car un jour le pouvoir évoluera. Alors la question préjudicielle de la réforme de l’armée et de la sécurité sera au centre de la transition. Ce n’est pas en ce moment-là qu’il faudra aller s’agenouiller devant les partenaires pour quémander l’argent nécessaire sur une question de souveraineté nationale d’un Etat indépendant depuis 46 ans ? L’opposition « radicale » s’est-elle posée une seule fois la question du bénéfice des œuvres du régime actuel (loi 001 modifiée, loi 004 sur la corruption, etc.) qui lui fourniront les moyens de gouverner et de changer radicalement la situation du Tchad ? L’opposition, si elle veut réussir, devra utiliser les armes et la logique du général IDI même. Malheureusement, elle semble atteinte par l’âge et l’usure des stratégies des leaders et continue de se marginaliser.

Il est fort possible que le pouvoir MPS ait justement misé sur le boycott automatique de l’opposition et de la société civile gauchiste, pour avoir les mains libres dans la renégociation des contrats pétroliers. Alors, la position inattendue de l’UST et du SET pourrait à terme poser problème dans la cohésion de cette commission en cas de manœuvres souterraines. Sauf si les représentants des syndicats mordaient à l’appât des dessous de table. IDI peut gagner cette nouvelle bataille, car elle est légitime. Il peut aussi la perdre, ou plutôt son pouvoir et il en est conscient. Car les majors pétroliers ne sont pas des enfants de cœur et pourraient tout mettre en œuvre pour rendre le pays ingouvernable, d’autant que les candidats sont nombreux dans les élites, prêts à se mettre au service de qui leur promet la location du palais de Djambalgato. Tout est désormais possible en terme d’évènements et de rebondissements au Tchad !

Cependant, il y a quelques conseils de prudence à donner à nos acteurs publics impliqués dans cette renégociation.
Un : qu’ils s’assurent que la Société tchadienne des hydrocarbures (SHT) ne devienne pas un nouveau holding à coloration clanique et/ou de placement des grands rapaces connus de la place.
Deux : que les aspects occultés ou volontairement rejetés du dossier pétrole soient repris en compte par le canal de cette commission.
Trois : que le problème de la gestion et de la redistribution équitable des revenus pétroliers entre les régions, au-delà du quota de la région productrice et des secteurs prioritaires, fasse l’objet d’un nouveau consensus national.

Si, pour une fois, le général de corps d’armée IDI de son côté et ses challengers de l’autre, pouvaient privilégier jusqu’au bout, sans coups fourrés l’intérêt national et la franchise dans la nouvelle conduite de ce dossier pétrole, le Tchad gagnera sa plus belle victoire historique : son Indépendance économique ! Qui vivra verra !

Enoch DJONDANG
enochdjo@yahoo.fr
 


Les autres articles parus dans la rubrique Opinion sur Ialtchad Presse

« Jeunesse quel avenir ? »  Par Piquet DINGAMMADJI
« Le Tchad et sa diplomatie : quelles perspectives pour sortir des pièges de la...» Par T.M.Allim
« Unissons-nous »  Par Piquet DINGAMMADJI
« Lettre ouverte à la Libye  » Par Dr Djiddi Ali Sougoudi, Médecin généraliste
« Le grand docteur Félix Ngoussou est aussi le plus grand plagiaire tchadien » Mahamat A. M.
« Coton Tchad, mamelle de l'économie ou vache à lait ? »  Par NDakmissou GEDEON
« Comment en est-on arrivé là ? »  Par Piquet DINGAMMADJI
Université de Ndjamena « Les années hypothéquées  continuent »  Par Armel ALLARAMBAYE
 
« Crise énergétique, quels sont les auteurs ? »  Par NDAKMISSOU GEDEON FMSB-UY1
« Ce qui se dit à N’djamena !!! » Par Abdelsemi Ahmat
« Encore du ridicule juridictionnel au Tchad ! » Par Albert TAMWARI
« Où va la démocratie africaine, entre mal de l’air et mal de pouvoir ? » Par Enoch Djondang
« Accord du 13 août 2007 : La CPDC piégée, IDI peut se rire de l’avenir…» Par Enoch Djondang
  « H. Habré: L'homme qui nous défendit de l'annexion extérieure » P.2&3 Par Ali Souleymane
« La guerre des tranchées et les tranchées de la paix » Par Enoch Djondang
« Résidus Culturels et Conscience Nationale : Dépolitiser l’Ethnitisation de la R » Par M. Monza
 
«Hissein Habré: L'homme qui nous défendit de l'annexion extérieure » P.1 Par Ali Souleymane
« La LTDH doit revenir aux valeurs d'origines » Par Enoch Djondang
«La corruption ou la version tchadienne de la solidarité » Par Adam Abdramane Mouli
« Le Tchad des conflits et le difficile cheminement vers la paix » Par Enoch Djondang
« En hommage au grand démocrate Dr Ibni Oumar Mht Saleh » Par Enoch Djondang

« Problématique de la société Tchadienne » Par Adam Abdramane Mouli alias Djidda
« Tchad : la stabilité perdue » Par Abdelsemi Ahmat
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil…» ( 3e et dernière partie ) Par Hassane Mayo A.
« L’espoir déçu » Par Eric Topona MOCNGA
« L’illusion de pouvoir pour lequel les Tchadiens s’entredéchirent depuis tant d’années…» Enoch
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil… Partie 2» Par Hassane Mayo-Abakaka
« Opération Arche de ZOE : la chasse au mystère » Par Caman Bédaou Oumar
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil… Partie 1» Par Hassane Mayo-Abakaka
« Affaire "arche de zoé" ou le tendon d’Achille de la Françafrique ? » Par Enoch Djondang
« L’esclavage post-moderne : Quand la France vole au secours de l’arche de Zoé » Par Nguepe

« Les nuages qui s’amoncellent à l’horizon du pays de Toumai le troglodyte
» Par Enoch D.
« Les Barouds d'honneur d'une génération politique qui a échoué? » Par Enoch Djondang
« Analyse de la situation politique actuelle au Tchad » Par Gaya-Ple Seïd
« Beac, des réformes qui poussent le Tchad à la périphérie » Par Mahamat Djarma Bourma
« TCHAD : La réconciliation nationale est-elle possible ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
«TCHAD: La Pétro-Diplomatie pourrait-elle effacer les vestiges de l’ancien régime?» Mayo H.
« TCHAD : L’ingérence soudanaise au Tchad. » Par Hassane Mayo-Abakaka
« TCHAD : Quelle Conférence de Paix ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« Le procès de Habré, vite! » Par Jaqueline Moudeina
« Une certaine conviction personnelle » Par Hassan Abdelkerim Bouyebri
« La guerre actuelle du Tchad : une absurdité. » Par Abia Maal
« Flash sur les solutions de sortie de crise existantes » Par Enoch Djondang
«Conséquences du conflit tchado-tchadien sur la vie du pays » Gaya – Ple Seïd

« TCHAD: Comment se présente la situation politique actuelle ? » Hassane Mayo-Abakaka
« Toujours des bilans macabres et la bêtise continue…» Par Enoch Djondang
« Le dernier Combat du Général Idriss Déby Itno » Par Enoch Djondang
« Les conditions d’un vrai dialogue national au Tchad » Par Enoch Djondang
« Les chemins du maquis : un business macabre et juteux pour les Tchadiens !
» Par Enoch Dj.
« La vraie fausse querelle sur le taux de participation du 03 mai 2006 » Par Enoch Djondang
«Françafrique: quand le mythe de la stabilité flirte avec le mécanisme de stérilité» K. Fadoul
« Mars 20, 2006 : Et si la CEMAC ne dépendait que de nous… »
Par Djimé Adoum
«12 février 1979, l’éclatement de la Guerre civile au Tchad » Gaya – Ple Seïd
« Tchad: l'oléoduc et les 300 puits n'appartiennent pas aux tchadiens » Par A. Allatchimi
« Partenariat Banque Mondiale-Tchad: l’apologie d’une grande supercherie ?
» Par Enoch D.
TCHAD-BM: « Le Tchad n’est pas la chasse gardée de la Banque Mondiale.» Par Hassane M.A
« Le Miroir aux alouettes
». Par A.S. FADOUL , A.F. KOUYOU , M.S. ABDOULAYE
« Affaire Hissein Habré: et si l’Afrique refusait la justice ? » Par M. D.
« Pourquoi choisit-on toujours la guerre comme moyen d'expression? » Par Oumar I.Senoussi

« Le pétrole appauvrissant du Tchad » Par le Député Ali Gabriel Golhor  

« Livrez Habré, Ouest-africains: le reste, c’est pas votre affaire
» Par Patrick K. Kodibaye
« Et si Georges WÉA était Tchadien ? » Par Enoch Djondang
« Comment était la lutte pour l'indépendance au Tchad ? » Par Gaya -Ple Seïd
« La nouvelle guerre du Tchad a commencé… » Par Enoch Djondang
« Une ville malade et des habitants en circumambulation forcée.» Par Djiddi Ali Sougoudi S.
« REFERENDUM ET VILLE MORTE : EVITER LA CONFUSION SVP ! » Par Enoch Djondang
« Contre la démagogie, un peu plus de pratiques… » Par Issa Mahamat Abdelmamout
« Qu'est-ce qu'un homme politique? » Par Gaya -Ple Seïd
« Que pourrait-on encore espérer des Politico-militaires? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« Code musulman de la famille: L'UCMT endosse le bonnet d’âne » Par Timothée Donangmaye
« Pour que notre pétrole ne signe pas l’inanité de notre espoir! »  Par Lapia Jajowaye
«Faut-il une loi unique sur les gestions des revenus pétroliers au Tchad? »Par Lapia Jajowaye
« Faut-il une seule loi pour tous les puits de pétrole ? » Par Enoch Djondang
Code musulman de la famille: Réaction tardive du Président DEBY Par Timothée Donangmaye
Code musulman de la famille: L’UCMT veut sacraliser sa fuite de responsabilités Par Timothée
SENAFET pas seulement pour les femmes mais aussi pour le bien être des hommes Par Wahilo D
« Quelle Diplomatie pour le Tchad ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« La majorité démographique doit rejoindre la majorité morale » Par Timothée Donangmaye
« Encore une année qui s’en va pour le Tchad. » Par Christophe Koulyo
« Esprit de créativité, vision à long terme. » Par Wahilo
«Le Tchad, une République assassinée par les hommes politiques sans éthique» Par Nouradine.
«Géopolitique pour l'ambition de certains acteurs ou pour le bien de notre pays?» Diguera W.
« Quelle alternative à trouver après l’oubli de la non Publication du décret de... » Par Gagoloum
« La communication politique dans notre pays où l’art de plagiat » Par Adoum Gagoloum
« École Idriss Deby de Djeddah (R.A.S): cher à la colonie tc... » Par Al-Amine M.Abba Seid
« Chronique d’un retour de N’Djamena » Par Saleh Goukouni
« L’homme : MISKINE Idriss » Par Doungous Daga Nangterle
« La servitude de Mahamat Hissein » Par Timothée Donangmaye
« Moussa Faki ou l'entorse à la géopolitique » Par Lyadish Ahmed
« Laïcité: Quelle laïcité ? Par Saleh Kebzabo, député, Président de l’UNDR  

Le pays | Constitution | Assemblée | Gouvernement | Opposition | Tourisme | Art & Culture | Musique | Sports | Cuisine | Images du Tchad
Éditorial | Actualité | Interview | Forums | Salon d'entreprises | Emploi | Annonces | Sahibi | Poésie | Livre d'or | Archives | Groupe ialtchad