Hymne national
     Le pays
     Constitution
     Assemblée
     Gouvernement
     Opposition
     Tourisme
     Art & Culture
     Musique
     Sports
     Cuisine
     Images du Tchad

     Éditorial
     Actualité
     Interview
     Forums
     Salon d'entreprises
     Emploi
     Annonces
     Sahibi
     Poésie
     Livre d'or
     Archives
     Groupe ialtchad


 

  Opinion 

IALTCHAD OPINION
« Une ville malade et des habitants en
circumambulation forcée.
»

Par Djiddi Ali Sougoudi Sidimi
      
Article paru le 18 juillet 2005 sur Ialtchad Presse


« Une ville malade et des habitants en circumambulation forcée. »
Par Djiddi Ali Sougoudi Sidimi

Nous sommes en juillet. N’Djamena, notre capitale, nous lorgnent avec une vulve tuméfiée par-dessus un vagin éclaté, prête à consommer un plaisir adultérin et crapuleux avec la saison des pluies. Impudique, me traiteront certains puritains et autres pudibonds du pays mais il n’existe pas d’autres termes pour décrire le visage hideux d’une ville insalubre, une capitale malsaine. Une métropole assujettie par le moindre crachin et asservie par la moindre pluie.
Oui, la capitale du Tchad, en connivence avec la pluie, étale son anatomie déplaisante et se gonfle de mille cloques promptes à s’abcéder en autant des cloaques putrides polluant tout notre environnement. Les nids-de-poule, les fosses septiques à ciel ouvert, les détritus et autres déchets domestiques se disputent les artères publiques et piquent nos narines d’une exhalaison nauséabonde. Dés les premières pluies, les eaux stagnent et isolent chaque quartier, faisant des nous, du coup, des îliens temporaires. La ville entière devient fleuve et bonjour les pirogues !

Des enfants dénutris et sans garde s’éclaboussent des eaux souillées et se jettent à corps perdus devant les engins à deux ou quatre roues. Des adultes, fesses en l’air, piquent du nez le sol contagieux, accomplissant ainsi la prière mahométane dans les décombres fétides d’un environnement honteux. D’autres hommes lèvent les coudes, culs vissés sur des tabourets instables et sirotent une liqueur frelatée issue des tonneaux malpropres. Le tout, les pieds dans des eaux venant des mares souillées où flottent des cadavres hétéroclites, y compris ceux des humains.
Là-bas au marché, dés 6h, les bouchers se disputent des morceaux de viande disposés et traînés à même le sol, sous mille essaims de mouches. Leurs acharnements et leurs saletés majestueuses n’envient en rien les efforts des charognards autour d’un cadavre en putréfaction avancée.
Ici, sur une grande artère de la capitale des individus hystériques s’approprient de la voie publique, imposant aux autres citoyens leur façon sauvage de fêter un mariage ou un rapt. A quelques mètres de là, une famille impose son deuil à toute la population en obstruant toute une principale rue par une bâche arrogante et incivique.

Où est la mairie dans tout ce pandémonium ? Celle-ci, par son bras armé aux bérets d’or, a passé le clair de son temps à rançonner les cyclistes et pousse-pousse ainsi qu’à détruire quelques hangars de certains pauvres citoyens, respectant ceux d’autres. Quelques autres contractuels de la mairie, réveillés sur le tard, essaient de curer les caniveaux qui se truffent aussitôt de leurs contenus abandonnés aux berges.
De toutes les bévues de la mairie, il nous est légitime de se demander de ce qu’elle veut faire de ces fameux monuments, les uns aussi laids que funestes, construits aux grands ronds-points de la ville. Des monuments qui coûtent excessivement chers et engloutissant des faramineuses sommes qui aurait dû être utilisées pour des buts plus nobles, des buts d’hygiènes ! En effet la mairie croit avoir tout fait pour rendre NDjamena toute coquette en construisant quelques édifices sur ses carrefours. L’une de ces constructions nous étonne par son aspect insolite et son regard funéraire et mortuaire, c’est ce qui convient d’appeler le tombeau d’Adago Yacouba, l’ex-maire de la ville et initiateur de ladite bâtisse. Il s’agit de ce qui est bâti sur le rond-point de l’ANAT (ancienne présidence.) C’est un tombeau d’où émergent  des bras sans coudes se terminant par des doigts boudinés et nains, soutenant un globe terrestre sur lequel la carte du Tchad caracole avec une forme monstrueuse ne respectant aucune échelle élémentaire de la géographie, apprise à l’école primaire. Cette stèle funéraire fait de l’ex-maire un homme qui aurait eu une vie antérieure dans laquelle il serait un gardien des tombes. Ce tombeau-là, aussi lugubre que disproportionné, nous apprend-t-il que le monde et le Tchad doivent leur existence grâces aux mânes des morts ? Fantastique esprit païen !
Une autre bévue de la mairie de Simon B. (actuel maire) est celui d’avoir modifié le monument du rond-point du Camp Hassan Djamous, connu sous le nom du rond-point des Bœufs. En effet, contre tout bon sens, la mairie par le bras de ses architectes décida unilatéralement de délaver l’édifice et d’ajouter sur le monument des hures d’hippopotames qui se trouvent être trop minuscules par rapport aux têtes des bœufs. Ces effigies d’hippopotames, par leur taille insignifiante, se confondent à des portraits de varans. Encore un défaut lié au bon sens et à l’échelle qui trompe nos jeunes cadets dans leurs pouvoirs interprétatifs!
A quoi servent les ronds-points ? Pourquoi y construire des monuments ou d’édifices aussi onéreux ?
Ces ronds-points nous donnent des tournis car nous sommes contraints de faire des circumambulations éreintantes, types de rite tyrannique que personne n’a souhaité de le faire. Et nos maigrelets revenus sont dilapidés pour avoir été utilisés afin de parer les groins disgracieux de ces surfaces minuscules divinisées par la mairie. Ce sont vraiment les dieux à vénérer de notre chère mairie.

N’Djamena n’est pas une capitale. Elle est un bidon-ville qui ressemble à une favela de Brésil ou un township de Kampala. N’Djamena nous donne des prurits mérités de notre infâme incivisme et les rares efforts de la mairie s’évanouissent dans le chahut général de nos manquements irrépressibles. Notre culture commune sur l’hygiène est la suivant : jeter tout dans la rue pour que l’Etat ou les autres citoyens s’en occupent ! Ainsi l’enfer de la mauvaise hygiène parcourt les labyrinthes de la capitale avec une allure dépravée et écœurante sur une musique hystérique, sans rime et sans raison. N’Djamena a perdu sa grâce et rampe comme une bête malpropre dans sa fuite éthylique et nauséeuse. Dans la capitale du Tchad, la propreté est une invention et la mauvaise hygiène, une réalité quotidienne. Les maladies évitables par la bonne hygiène nous reluquent avec leurs expressions terrifiantes et nous étouffent par leurs caresses brûlantes et surtout mortelles : choléra, tétanos, conjonctivites et trachome, salmonelloses (typhoïde), méningite, tuberculose etc.…

Parler de N’Djamena enveloppée dans le linceul de la pluie nous laisse en effroi. La peur de braver le vibrion du choléra nous hante les esprits. Nous vivons dans le « wait and see » et cela ne nous empêche pas de penser aux propos de quelqu’un qui a dit :  « aucun peuple ne verra changer son destin tant qu’il ne changera de comportement. »

Par Djiddi Ali Sougoudi Sidimi
Etudiant en médecine, FACSS, N’Djamena.


Les autres articles parus dans la rubrique Opinion sur Ialtchad Presse

« Jeunesse quel avenir ? »  Par Piquet DINGAMMADJI
« Le Tchad et sa diplomatie : quelles perspectives pour sortir des pièges de la...» Par T.M.Allim
« Unissons-nous »  Par Piquet DINGAMMADJI
« Lettre ouverte à la Libye  » Par Dr Djiddi Ali Sougoudi, Médecin généraliste
« Le grand docteur Félix Ngoussou est aussi le plus grand plagiaire tchadien » Mahamat A. M.
« Coton Tchad, mamelle de l'économie ou vache à lait ? »  Par NDakmissou GEDEON
« Comment en est-on arrivé là ? »  Par Piquet DINGAMMADJI
Université de Ndjamena « Les années hypothéquées  continuent »  Par Armel ALLARAMBAYE
 
« Crise énergétique, quels sont les auteurs ? »  Par NDAKMISSOU GEDEON FMSB-UY1
« Ce qui se dit à N’djamena !!! » Par Abdelsemi Ahmat
« Encore du ridicule juridictionnel au Tchad ! » Par Albert TAMWARI
« Où va la démocratie africaine, entre mal de l’air et mal de pouvoir ? » Par Enoch Djondang
« Accord du 13 août 2007 : La CPDC piégée, IDI peut se rire de l’avenir…» Par Enoch Djondang
  « H. Habré: L'homme qui nous défendit de l'annexion extérieure » P.2&3 Par Ali Souleymane
« La guerre des tranchées et les tranchées de la paix » Par Enoch Djondang
« Résidus Culturels et Conscience Nationale : Dépolitiser l’Ethnitisation de la R » Par M. Monza
 
«Hissein Habré: L'homme qui nous défendit de l'annexion extérieure » P.1 Par Ali Souleymane
« La LTDH doit revenir aux valeurs d'origines » Par Enoch Djondang
«La corruption ou la version tchadienne de la solidarité » Par Adam Abdramane Mouli
« Le Tchad des conflits et le difficile cheminement vers la paix » Par Enoch Djondang
« En hommage au grand démocrate Dr Ibni Oumar Mht Saleh » Par Enoch Djondang

« Problématique de la société Tchadienne » Par Adam Abdramane Mouli alias Djidda
« Tchad : la stabilité perdue » Par Abdelsemi Ahmat
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil…» ( 3e et dernière partie ) Par Hassane Mayo A.
« L’espoir déçu » Par Eric Topona MOCNGA
« L’illusion de pouvoir pour lequel les Tchadiens s’entredéchirent depuis tant d’années…» Enoch
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil… Partie 2» Par Hassane Mayo-Abakaka
« Opération Arche de ZOE : la chasse au mystère » Par Caman Bédaou Oumar
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil… Partie 1» Par Hassane Mayo-Abakaka
« Affaire "arche de zoé" ou le tendon d’Achille de la Françafrique ? » Par Enoch Djondang
« L’esclavage post-moderne : Quand la France vole au secours de l’arche de Zoé » Par Nguepe

« Les nuages qui s’amoncellent à l’horizon du pays de Toumai le troglodyte
» Par Enoch D.
« Les Barouds d'honneur d'une génération politique qui a échoué? » Par Enoch Djondang
« Analyse de la situation politique actuelle au Tchad » Par Gaya-Ple Seïd
« Beac, des réformes qui poussent le Tchad à la périphérie » Par Mahamat Djarma Bourma
« TCHAD : La réconciliation nationale est-elle possible ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
«TCHAD: La Pétro-Diplomatie pourrait-elle effacer les vestiges de l’ancien régime?» Mayo H.
« TCHAD : L’ingérence soudanaise au Tchad. » Par Hassane Mayo-Abakaka
« TCHAD : Quelle Conférence de Paix ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« Le procès de Habré, vite! » Par Jaqueline Moudeina
« Une certaine conviction personnelle » Par Hassan Abdelkerim Bouyebri
« La guerre actuelle du Tchad : une absurdité. » Par Abia Maal
« Flash sur les solutions de sortie de crise existantes » Par Enoch Djondang
«Conséquences du conflit tchado-tchadien sur la vie du pays » Gaya – Ple Seïd

« TCHAD: Comment se présente la situation politique actuelle ? » Hassane Mayo-Abakaka
« Toujours des bilans macabres et la bêtise continue…» Par Enoch Djondang
« Le dernier Combat du Général Idriss Déby Itno » Par Enoch Djondang
« Les conditions d’un vrai dialogue national au Tchad » Par Enoch Djondang
« Les chemins du maquis : un business macabre et juteux pour les Tchadiens !
» Par Enoch Dj.
« La vraie fausse querelle sur le taux de participation du 03 mai 2006 » Par Enoch Djondang
«Françafrique: quand le mythe de la stabilité flirte avec le mécanisme de stérilité» K. Fadoul
« Mars 20, 2006 : Et si la CEMAC ne dépendait que de nous… »
Par Djimé Adoum
«12 février 1979, l’éclatement de la Guerre civile au Tchad » Gaya – Ple Seïd
« Tchad: l'oléoduc et les 300 puits n'appartiennent pas aux tchadiens » Par A. Allatchimi
« Partenariat Banque Mondiale-Tchad: l’apologie d’une grande supercherie ?
» Par Enoch D.
TCHAD-BM: « Le Tchad n’est pas la chasse gardée de la Banque Mondiale.» Par Hassane M.A
« Le Miroir aux alouettes
». Par A.S. FADOUL , A.F. KOUYOU , M.S. ABDOULAYE
« Affaire Hissein Habré: et si l’Afrique refusait la justice ? » Par M. D.
« Pourquoi choisit-on toujours la guerre comme moyen d'expression? » Par Oumar I.Senoussi

« Le pétrole appauvrissant du Tchad » Par le Député Ali Gabriel Golhor  

« Livrez Habré, Ouest-africains: le reste, c’est pas votre affaire
» Par Patrick K. Kodibaye
« Et si Georges WÉA était Tchadien ? » Par Enoch Djondang
« Comment était la lutte pour l'indépendance au Tchad ? » Par Gaya -Ple Seïd
« La nouvelle guerre du Tchad a commencé… » Par Enoch Djondang
« Une ville malade et des habitants en circumambulation forcée.» Par Djiddi Ali Sougoudi S.
« REFERENDUM ET VILLE MORTE : EVITER LA CONFUSION SVP ! » Par Enoch Djondang
« Contre la démagogie, un peu plus de pratiques… » Par Issa Mahamat Abdelmamout
« Qu'est-ce qu'un homme politique? » Par Gaya -Ple Seïd
« Que pourrait-on encore espérer des Politico-militaires? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« Code musulman de la famille: L'UCMT endosse le bonnet d’âne » Par Timothée Donangmaye
« Pour que notre pétrole ne signe pas l’inanité de notre espoir! »  Par Lapia Jajowaye
«Faut-il une loi unique sur les gestions des revenus pétroliers au Tchad? »Par Lapia Jajowaye
« Faut-il une seule loi pour tous les puits de pétrole ? » Par Enoch Djondang
Code musulman de la famille: Réaction tardive du Président DEBY Par Timothée Donangmaye
Code musulman de la famille: L’UCMT veut sacraliser sa fuite de responsabilités Par Timothée
SENAFET pas seulement pour les femmes mais aussi pour le bien être des hommes Par Wahilo D
« Quelle Diplomatie pour le Tchad ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« La majorité démographique doit rejoindre la majorité morale » Par Timothée Donangmaye
« Encore une année qui s’en va pour le Tchad. » Par Christophe Koulyo
« Esprit de créativité, vision à long terme. » Par Wahilo
«Le Tchad, une République assassinée par les hommes politiques sans éthique» Par Nouradine.
«Géopolitique pour l'ambition de certains acteurs ou pour le bien de notre pays?» Diguera W.
« Quelle alternative à trouver après l’oubli de la non Publication du décret de... » Par Gagoloum
« La communication politique dans notre pays où l’art de plagiat » Par Adoum Gagoloum
« École Idriss Deby de Djeddah (R.A.S): cher à la colonie tc... » Par Al-Amine M.Abba Seid
« Chronique d’un retour de N’Djamena » Par Saleh Goukouni
« L’homme : MISKINE Idriss » Par Doungous Daga Nangterle
« La servitude de Mahamat Hissein » Par Timothée Donangmaye
« Moussa Faki ou l'entorse à la géopolitique » Par Lyadish Ahmed
« Laïcité: Quelle laïcité ? Par Saleh Kebzabo, député, Président de l’UNDR    

Le pays | Constitution | Assemblée | Gouvernement | Opposition | Tourisme | Art & Culture | Musique | Sports | Cuisine | Images du Tchad
Éditorial | Actualité | Interview | Forums | Salon d'entreprises | Emploi | Annonces | Sahibi | Poésie | Livre d'or | Archives | Groupe ialtchad