Hymne national
     Le pays
     Constitution
     Assemblée
     Gouvernement
     Opposition
     Tourisme
     Art & Culture
     Musique
     Sports
     Cuisine
     Images du Tchad

     Éditorial
     Actualité
     Interview
     Forums
     Salon d'entreprises
     Emploi
     Annonces
     Sahibi
     Poésie
     Livre d'or
     Archives
     Groupe ialtchad


  Opinion 

IALTCHAD OPINION
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil…»
(Première Partie) Par  Hassane MAYO ABAKAKA

Article paru
le 26 novembre 2007, Ialtchad Presse


« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil…» (Première Partie)
Par  Hassane MAYO ABAKAKA

La diplomatie, cette mission de prestige et de noblesse est utilisée au Tchad par les autorités officielles pour écarter ou pousser à l’exil, soit des Hommes politiques d’envergure nationale, soit des Hauts Cadres de grande compétence. Sous le régime actuel du président Idriss Deby Itno, combien des Diplomates ont abandonné leur mission? Pourquoi certains démissionnent-ils pour rentrer au pays et d’autres quittent leurs fonctions pour aller en exil? Qu’est-ce qui justifie de telle réaction et quels efforts le Gouvernement et les responsables du Ministère des Affaires Etrangères ont-ils fait pour éviter de telle situation?
            La gangrène de la diplomatie tchadienne est entretenue par des personnes connues, pour leur incapacité notoire de faire évoluer les relations internationales du Tchad. Dans les années 60, des recrutements pèles mêles ont été effectués pour combler l’absence des cadres qualifiés dans l’Administration tchadienne. Dans la Diplomatie, parmi les recrus tchadiens de l’époque, certains se sont adaptés et  d’autres malgré les recyclages reçus, sont restés limités.  Aujourd’hui 40 ans après, certains s’accrochent au centre des décisions, mais ils restent plus préoccupés à se pérenniser au Ministère que de préconiser des innovations crédibles tenant compte du nouveau contexte international. Pour dissimuler leur incompétence, ils œuvrent que pour écarter de leur entourage des Cadres et Fonctionnaires, diplômés des grandes Ecoles et Universités internationales. Ayant encore le réflexe du parti unique et des régimes de dictature, ces politiciens fatigués et souvent étourdis dans leurs agitations, n’ont d’autres moyens que de recourir à des basses pratiques pour étiqueter leurs collègues, « d’Opposants » au régime d’Idriss Deby, qu’ils sont d’ailleurs incapables de défendre correctement sur le plan international.

Dans le Scandale de l’Arche de Zoé, quelle a été la réaction du Ministère des Affaires Etrangères ?  Ceux qui doivent défendre la Souveraineté du Tchad sont devenus des sourds-muets. Le Ministère n’a même pas de Cellule de Crise, pour réfléchir sur des questions d’urgence, ni de Porte Parole officiel, indépendamment du Chef du Département. Bien que ce dernier assume de facto ce rôle, il s’est éclipsé dans un mutisme absolu, quitte à laisser le Président Deby s’enfoncer, se noyer et s’en pâtir seul, dans cette turbulence politico judiciaire placée sous hautes pressions diplomatiques. Pourquoi d’autres Ministères réagissent et pas les Affaires Etrangères ? La fameuse réaction indirecte, était pour détourner l’avion du Ministre Espagnole qui venait prendre le pilote impliqué dans l’Affaire de l’Arche de Zoé. Cela est-il prioritaire par rapport aux questions de fond soulevées dans la Presse internationale, relatives à la Souveraineté du Tchad, à l’Indépendance de la Justice tchadienne et au respect de nos Institutions étatiques ? Où sont nos politiciens agités du Ministère et où sont les multiples Conseillers à la Présidence? Malgré l’agitation de certains, pourquoi se cantonnent-ils à rester des figurants ?

Dans la diplomatie tchadienne, il y’a certes des cadres qui ont fait leur preuve au niveau national comme international et acquis l’expérience et la qualification nécessaire. Au lieu de les accepter comme des collaborateurs utiles, ces agitateurs incapables les considèrent plutôt comme des nocifs concurrents à éliminer. La léthargie chronique de notre Administration diplomatique entretenue, par ces « retraités repêchés » qui se préoccupent plus de leur survie que de l’avenir du pays, entraîne la frustration des Agents au Ministère, de nos Diplomates et ternit la crédibilité du Tchad sur le plan international.

Au lieu d’étoffer les Représentations diplomatiques tchadiennes par des cadres qualifiés, expérimentés et ayant assumé des réelles fonctions politiques au Ministère, ils préfèrent plutôt des fanfarons connus pour leur tourisme de façade dans les Ministères. L’expérience ne s’acquiert pas par l’agitation politique, mais plutôt par un travail effectif étalé sur une période donnée. Tant que les Officiels tchadiens ne feront pas recours à la compétence et à la technicité, le Tchad considéré déjà comme « une République bananière », sera toujours traîné dans la boue. Et des ONG tels l’Arche de Zoé, dont les autorités officielles ne connaissent ni leur nombre exacte, ni leur Statuts, trouveront leur idéal terrain d’expérimentation. On ne construit pas un Etat crédible par l’exclusion des Hommes politiques de grande envergure, ni par des menaces politiciennes à l’encontre des cadres de valeur, reconnus même sur le plan international.

Pour les dirigeants tchadiens actuels, les critères de qualification, de compétence et d’expérience ne sont pas nécessaires. C’est pourquoi, priorité est accordée aux « griots » du régime qui applaudissent sans conviction, tout en espérant que DIEU les délivre un jour de leur enfer. C’est lorsque le pouvoir tend à se basculer, que nos politiciens de paille cherchent dans la précipitation à associer les patriotes et frères en rébellion armée. Quant aux partisans de l’Opposition dite « démocratique », ils doivent attendre en instance, l’application hypothétique des Accords signés et mis en veilleuse en espérant l’adhésion des Politico-militaires qui menacent réellement la stabilité du régime.

Quant aux Agents du Ministère, pour survivre ils doivent gratter pour satisfaire d’autres qui s’accaparent même leurs missions techniques de courte durée. Leur affectation à l’extérieur dépend des humeurs du Ministre et certains de ses amis Ambassadeurs ou des membres de son entourage, dont certains ne réfléchissent même plus. Des postes sont supprimés et crées sans évaluer au préalable leur nécessité et définir leur mission. Les Agents du Ministère sont rarement affectés mais vite rappelés. Pour les « parents et cousins », ils sont nommés aux postes de leur choix. Affectés à droite, réaffectés à gauche et la valse continue sans aucune planification, ni respect des textes en vigueur. Peut-on bâtir une diplomatie fiable par le tribalisme et les intrigues du quartier Gardolé ? Pour le Général Président, plus préoccupé par les dossiers militaires et les finances, cette Diplomatie qui ne lui donne pas satisfaction, est abandonnée à elle-même. C’est donc l’occasion pour certains de tripoter à leur guise et de s’épanouir au frais de la Princesse aux mamelles pétrolières. Comme le Tchad n’est pas un pays de suivi de dossiers, en cas de rappel à l’ordre, un Compte-rendu oral, même au Conseil des Ministres, suffit pour satisfaire chacun, car les uns et les autres en font de même.

Déçus par la gestion discriminatoire de cette diplomatie, certains Diplomates nouvellement nommés, traînent avant de rejoindre leur poste. D’autres en fonction mais excédés par cette situation d’injustice flagrante, optent pour l’exil ou la lutte armée. Quant un Diplomate entre en dissidence armée, c’est grave car les possibilités de dialogue n’existent plus. Cette situation est la conséquence logique de l’incapacité des dirigeants politiques tchadiens, mais également à cause de la gestion irresponsable des ressources humaines et financières de notre Diplomatie.

Cette analyse va irriter certains, mais elle a le mérite de présenter des situations et faits réels, souvent occultés au Ministère, mais vécues par des fonctionnaires et personnalités tchadiennes. Cela permettra de connaître l’état de santé de notre Diplomatie et de comprendre les causes qui sont à l’origine des réactions de nos Diplomates.

Hassane Mayo Abakaka
Ministre Conseiller Hors Classe des Affaires Etrangères.
 


Les autres articles parus dans la rubrique Opinion sur Ialtchad Presse

« Jeunesse quel avenir ? »  Par Piquet DINGAMMADJI
« Le Tchad et sa diplomatie : quelles perspectives pour sortir des pièges de la...» Par T.M.Allim
« Unissons-nous »  Par Piquet DINGAMMADJI
« Lettre ouverte à la Libye  » Par Dr Djiddi Ali Sougoudi, Médecin généraliste
« Le grand docteur Félix Ngoussou est aussi le plus grand plagiaire tchadien » Mahamat A. M.
« Coton Tchad, mamelle de l'économie ou vache à lait ? »  Par NDakmissou GEDEON
« Comment en est-on arrivé là ? »  Par Piquet DINGAMMADJI
Université de Ndjamena « Les années hypothéquées  continuent »  Par Armel ALLARAMBAYE
 
« Crise énergétique, quels sont les auteurs ? »  Par NDAKMISSOU GEDEON FMSB-UY1
« Ce qui se dit à N’djamena !!! » Par Abdelsemi Ahmat
« Encore du ridicule juridictionnel au Tchad ! » Par Albert TAMWARI
« Où va la démocratie africaine, entre mal de l’air et mal de pouvoir ? » Par Enoch Djondang
« Accord du 13 août 2007 : La CPDC piégée, IDI peut se rire de l’avenir…» Par Enoch Djondang
  « H. Habré: L'homme qui nous défendit de l'annexion extérieure » P.2&3 Par Ali Souleymane
« La guerre des tranchées et les tranchées de la paix » Par Enoch Djondang
« Résidus Culturels et Conscience Nationale : Dépolitiser l’Ethnitisation de la R » Par M. Monza
 
«Hissein Habré: L'homme qui nous défendit de l'annexion extérieure » P.1 Par Ali Souleymane
« La LTDH doit revenir aux valeurs d'origines » Par Enoch Djondang
«La corruption ou la version tchadienne de la solidarité » Par Adam Abdramane Mouli
« Le Tchad des conflits et le difficile cheminement vers la paix » Par Enoch Djondang
« En hommage au grand démocrate Dr Ibni Oumar Mht Saleh » Par Enoch Djondang

« Problématique de la société Tchadienne » Par Adam Abdramane Mouli alias Djidda
« Tchad : la stabilité perdue » Par Abdelsemi Ahmat
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil…» ( 3e et dernière partie ) Par Hassane Mayo A.
« L’espoir déçu » Par Eric Topona MOCNGA
« L’illusion de pouvoir pour lequel les Tchadiens s’entredéchirent depuis tant d’années…» Enoch
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil… Partie 2» Par Hassane Mayo-Abakaka
« Opération Arche de ZOE : la chasse au mystère » Par Caman Bédaou Oumar
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil… Partie 1» Par Hassane Mayo-Abakaka
« Affaire "arche de zoé" ou le tendon d’Achille de la Françafrique ? » Par Enoch Djondang
« L’esclavage post-moderne : Quand la France vole au secours de l’arche de Zoé » Par Nguepe

« Les nuages qui s’amoncellent à l’horizon du pays de Toumai le troglodyte
» Par Enoch D.
« Les Barouds d'honneur d'une génération politique qui a échoué? » Par Enoch Djondang
« Analyse de la situation politique actuelle au Tchad » Par Gaya-Ple Seïd
« Beac, des réformes qui poussent le Tchad à la périphérie » Par Mahamat Djarma Bourma
« TCHAD : La réconciliation nationale est-elle possible ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
«TCHAD: La Pétro-Diplomatie pourrait-elle effacer les vestiges de l’ancien régime?» Mayo H.
« TCHAD : L’ingérence soudanaise au Tchad. » Par Hassane Mayo-Abakaka
« TCHAD : Quelle Conférence de Paix ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« Le procès de Habré, vite! » Par Jaqueline Moudeina
« Une certaine conviction personnelle » Par Hassan Abdelkerim Bouyebri
« La guerre actuelle du Tchad : une absurdité. » Par Abia Maal
« Flash sur les solutions de sortie de crise existantes » Par Enoch Djondang
«Conséquences du conflit tchado-tchadien sur la vie du pays » Gaya – Ple Seïd

« TCHAD: Comment se présente la situation politique actuelle ? » Hassane Mayo-Abakaka
« Toujours des bilans macabres et la bêtise continue…» Par Enoch Djondang
« Le dernier Combat du Général Idriss Déby Itno » Par Enoch Djondang
« Les conditions d’un vrai dialogue national au Tchad » Par Enoch Djondang
« Les chemins du maquis : un business macabre et juteux pour les Tchadiens !
» Par Enoch Dj.
« La vraie fausse querelle sur le taux de participation du 03 mai 2006 » Par Enoch Djondang
«Françafrique: quand le mythe de la stabilité flirte avec le mécanisme de stérilité» K. Fadoul
« Mars 20, 2006 : Et si la CEMAC ne dépendait que de nous… »
Par Djimé Adoum
«12 février 1979, l’éclatement de la Guerre civile au Tchad » Gaya – Ple Seïd
« Tchad: l'oléoduc et les 300 puits n'appartiennent pas aux tchadiens » Par A. Allatchimi
« Partenariat Banque Mondiale-Tchad: l’apologie d’une grande supercherie ?
» Par Enoch D.
TCHAD-BM: « Le Tchad n’est pas la chasse gardée de la Banque Mondiale.» Par Hassane M.A
« Le Miroir aux alouettes
». Par A.S. FADOUL , A.F. KOUYOU , M.S. ABDOULAYE
« Affaire Hissein Habré: et si l’Afrique refusait la justice ? » Par M. D.
« Pourquoi choisit-on toujours la guerre comme moyen d'expression? » Par Oumar I.Senoussi

« Le pétrole appauvrissant du Tchad » Par le Député Ali Gabriel Golhor  

« Livrez Habré, Ouest-africains: le reste, c’est pas votre affaire
» Par Patrick K. Kodibaye
« Et si Georges WÉA était Tchadien ? » Par Enoch Djondang
« Comment était la lutte pour l'indépendance au Tchad ? » Par Gaya -Ple Seïd
« La nouvelle guerre du Tchad a commencé… » Par Enoch Djondang
« Une ville malade et des habitants en circumambulation forcée.» Par Djiddi Ali Sougoudi S.
« REFERENDUM ET VILLE MORTE : EVITER LA CONFUSION SVP ! » Par Enoch Djondang
« Contre la démagogie, un peu plus de pratiques… » Par Issa Mahamat Abdelmamout
« Qu'est-ce qu'un homme politique? » Par Gaya -Ple Seïd
« Que pourrait-on encore espérer des Politico-militaires? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« Code musulman de la famille: L'UCMT endosse le bonnet d’âne » Par Timothée Donangmaye
« Pour que notre pétrole ne signe pas l’inanité de notre espoir! »  Par Lapia Jajowaye
«Faut-il une loi unique sur les gestions des revenus pétroliers au Tchad? »Par Lapia Jajowaye
« Faut-il une seule loi pour tous les puits de pétrole ? » Par Enoch Djondang
Code musulman de la famille: Réaction tardive du Président DEBY Par Timothée Donangmaye
Code musulman de la famille: L’UCMT veut sacraliser sa fuite de responsabilités Par Timothée
SENAFET pas seulement pour les femmes mais aussi pour le bien être des hommes Par Wahilo D
« Quelle Diplomatie pour le Tchad ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« La majorité démographique doit rejoindre la majorité morale » Par Timothée Donangmaye
« Encore une année qui s’en va pour le Tchad. » Par Christophe Koulyo
« Esprit de créativité, vision à long terme. » Par Wahilo
«Le Tchad, une République assassinée par les hommes politiques sans éthique» Par Nouradine.
«Géopolitique pour l'ambition de certains acteurs ou pour le bien de notre pays?» Diguera W.
« Quelle alternative à trouver après l’oubli de la non Publication du décret de... » Par Gagoloum
« La communication politique dans notre pays où l’art de plagiat » Par Adoum Gagoloum
« École Idriss Deby de Djeddah (R.A.S): cher à la colonie tc... » Par Al-Amine M.Abba Seid
« Chronique d’un retour de N’Djamena » Par Saleh Goukouni
« L’homme : MISKINE Idriss » Par Doungous Daga Nangterle
« La servitude de Mahamat Hissein » Par Timothée Donangmaye
« Moussa Faki ou l'entorse à la géopolitique » Par Lyadish Ahmed
« Laïcité: Quelle laïcité ? Par Saleh Kebzabo, député, Président de l’UNDR   

Le pays | Constitution | Assemblée | Gouvernement | Opposition | Tourisme | Art & Culture | Musique | Sports | Cuisine | Images du Tchad
Éditorial | Actualité | Interview | Forums | Salon d'entreprises | Emploi | Annonces | Sahibi | Poésie | Livre d'or | Archives | Groupe ialtchad