Hymne national
     Le pays
     Constitution
     Assemblée
     Gouvernement
     Opposition
     Tourisme
     Art & Culture
     Musique
     Sports
     Cuisine
     Images du Tchad

     Éditorial
     Actualité
     Interview
     Forums
     Salon d'entreprises
     Emploi
     Annonces
     Sahibi
     Poésie
     Livre d'or
     Archives
     Groupe ialtchad


  Opinion 

IALTCHAD OPINION 
« Et si la CEMAC ne dépendait que de nous… »
Par Djimé Adoum

Article paru le 22 mars 2006, Ialtchad Presse


« Et si la CEMAC ne dépendait que de nous…»
Par Djimé Adoum


Ce « nous », c’est les populations de la zone CEMAC comprenant surtout le Gabon, le Congo Brazzaville, le Cameroun, le Tchad et la République centrafricaine. C’est nous, hommes, femmes, et jeunes qui avons de la peine à joindre les deux bouts. C’est nous dans nos villages, dans le monde rural sans infrastructure routière, sanitaire, scolaire. C’est nous pour qui des sommes faramineuses ont été empruntées et gaspillées sans amélioration de vie aucune.  Suivez le reste dans ce document.

Le choix de cette zone n’est pas fortuit et il l’est pour deux raisons essentielles : le degré de haine que ces dirigeants affichent à l’égard de leurs pays et leurs concitoyens et la dilapidation des ressources naturelles avec son corollaire de corruption.

Le degré de haine réside dans le fait qu’à l’exception du Président Bozizé de la République Centrafricaine , les autres quatre présidents sont à la commande de leurs états pendant de très longues périodes.  Le Gabonais Omar Bongo Ondimba est au pouvoir depuis 1967 et totalise plus de 38 ans de règne.  Il vient de briguer un autre mandat pour encore 7 ans.  Le Camerounais Biya n’est pas très éloigné du temps record accumulé par son aîné Bongo. Biya est à la tête du Cameroun depuis 24 ans et ne s’en presse pas de quitter le pouvoir.  Sassou-Nguesso accumule 19 ans de pouvoir et fait du Congo sa véritable vache à lait. Le Président Idriss Deby Itno suit de très près ses voisins avec 16 ans de pouvoir et cherche à s’éterniser à l’instar des autres. Bozizé vient juste d’être mis au pouvoir par son parrain de N’Djaména et si l’expérience de la sous région est un gage, il ne manquera pas de s’installer dans le fauteuil impérial pour toute sa vie. D’ailleurs il y a déjà eu un précédent en Centrafrique et Bozizé saura en profiter au moment opportun.

Pays

Cameroun

Gabon

Chad

Congo-Brazzaville

Rep Centrafricanie

Président

Biya

Bongo

Deby

Sassou-Nguesso

Bozize

Au pouvoir depuis

24 ans

38 ans

16 ans

19 ans

3 ans

Superficie (km2)

475400

267700

1284000

342000

623000

Population (million)

16.1

1.3

8.3

3.8

3.9

Dette extérieure ($ milliards)

5.1

3.9

891.7 million

8.4

1.7

Routes bitumées (%) (2000)

--

9.9

--

--

--

Index de corruption

2.2

2.2

1.7

2.3

--

Note :  Ce tableau est construit à partir des données de la Banque mondiale (World Development Indicators 2004 from Development Gateway)

Selon Transparency International, les pays dont leur index de corruption est moins de 5.5 sont de plus corrompus comparés aux pays qui sont au-delà du seuil de 5.5.  Les indices de corruption dans le tableau ci-dessus en disent plus.  A moins que nous nous trompons d’analyse, les indicateurs de performance en termes politiques et socio-économiques de la zone CEMAC ne sont pas de nature à porter secours à l’état de délabrement des pays respectifs.

D’abord tous les présidents de la zone CEMAC s’éternisent au pouvoir et n’arrivent pas à faire le minimum d’efforts requis pour développer leur pays.  Remarquons que tous ces pays ont une très faible population par rapport aux ressources naturelles : le Gabon, le Congo Brazzaville et le Cameroun recèlent de ressources naturelles abondantes en bois et pétrole ; le Tchad en pétrole et élevage, diamant et bois pour la Centrafrique.

En observant le tableau ci-dessus, il ressort qu’en plus du revenu non moins important de ces pays généré par les richesses, la dette extérieure est aussi très élevée et varie de US$891 million pour le Tchad, à US$8.4 milliards pour le Congo Brazzaville.

En matière de réalisations et surtout dans le secteur routier, seul le Gabon a osé rapporté avoir bitumé 9.9 pourcent de ses routes.  Les autres pays ne sont même pas fichus de compiler les données dans ce secteur qui est plus primordial pour la circulation aussi bien des personnes que des biens.  Les inamovibles leaders se comportent comme si le secteur routier n’a jamais été cité comme l’une des conditions sine qua none pour le développement d’un pays.

L’endettement de ces pays dépasse l’entendement et les réalisations dans les autres secteurs tels que la santé, l’éducation, les outils de la communication et de l’information laissent aussi beaucoup à désirer.  Les dettes, comme compilées dans le tableau auraient suffit largement à résoudre une grande partie des besoins fondamentaux de la population.  Si cela ne dépendait que de nous, cette dette n’aurait pu être accumulée mais aurait servi à moderniser les états.  Considérons le cas du Gabon : une dette extérieure de US$3.9 milliards pour une population de 1.3 million d’habitants.  Faites un petit calcul et vous nous en direz la suite.  Ce qui fait encore plus mal c’est le fait que les populations deviennent de plus en plus marginalisées.  Elles ne disposent d’aucun pouvoir de décision et de pression.  Les élections sont truquées et les résultats sont manipulés à toutes fins utiles pour satisfaire l’insatiabilité des dinosaures.

La misère avec laquelle les pays de la CEMAC sont gérés a été longuement traitée sur tchadnews.info (lire l’article pour plus de détails).  La corruption généralisée  coûte US$150 milliards par an pour les pays africains, surtout dans les industries du pétrole et extractives selon le BBC Website.  Cette situation est décriée tout récemment par le Président Obasanjo.  Il joint les autres poids lourds qui luttent contre la corruption tels que l’Honorable Alpha Oumar Konare, Président de l’Union africaine, le SG des Nations unies Kofi Annan, Paul Wolfowitz, Président de la Banque mondiale et Hillary Benn, ministre britannique du développement international.

Heureusement qu’en plus des cris des populations qui sont restées jusqu’ici inouïes, d’autres voix s’élèvent pour manifester leur dédain aux pratiques mafieuses de dilapidation.

C’est peut-être finalement le cas d’un réveil massif pour forcer la communauté internationale à minimiser les sales pratiques pour redonner espoir aux générations désabusées de la zone CEMAC.  Que Bongo, Sassou, Deby Itno, Biya et Bozize en prennent bonne note !

Djimé Adoum


Les autres articles parus dans la rubrique Opinion sur Ialtchad Presse

« Jeunesse quel avenir ? »  Par Piquet DINGAMMADJI
« Le Tchad et sa diplomatie : quelles perspectives pour sortir des pièges de la...» Par T.M.Allim
« Unissons-nous »  Par Piquet DINGAMMADJI
« Lettre ouverte à la Libye  » Par Dr Djiddi Ali Sougoudi, Médecin généraliste
« Le grand docteur Félix Ngoussou est aussi le plus grand plagiaire tchadien » Mahamat A. M.
« Coton Tchad, mamelle de l'économie ou vache à lait ? »  Par NDakmissou GEDEON
« Comment en est-on arrivé là ? »  Par Piquet DINGAMMADJI
Université de Ndjamena « Les années hypothéquées  continuent »  Par Armel ALLARAMBAYE
 
« Crise énergétique, quels sont les auteurs ? »  Par NDAKMISSOU GEDEON FMSB-UY1
« Ce qui se dit à N’djamena !!! » Par Abdelsemi Ahmat
« Encore du ridicule juridictionnel au Tchad ! » Par Albert TAMWARI
« Où va la démocratie africaine, entre mal de l’air et mal de pouvoir ? » Par Enoch Djondang
« Accord du 13 août 2007 : La CPDC piégée, IDI peut se rire de l’avenir…» Par Enoch Djondang
  « H. Habré: L'homme qui nous défendit de l'annexion extérieure » P.2&3 Par Ali Souleymane
« La guerre des tranchées et les tranchées de la paix » Par Enoch Djondang
« Résidus Culturels et Conscience Nationale : Dépolitiser l’Ethnitisation de la R » Par M. Monza
 
«Hissein Habré: L'homme qui nous défendit de l'annexion extérieure » P.1 Par Ali Souleymane
« La LTDH doit revenir aux valeurs d'origines » Par Enoch Djondang
«La corruption ou la version tchadienne de la solidarité » Par Adam Abdramane Mouli
« Le Tchad des conflits et le difficile cheminement vers la paix » Par Enoch Djondang
« En hommage au grand démocrate Dr Ibni Oumar Mht Saleh » Par Enoch Djondang

« Problématique de la société Tchadienne » Par Adam Abdramane Mouli alias Djidda
« Tchad : la stabilité perdue » Par Abdelsemi Ahmat
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil…» ( 3e et dernière partie ) Par Hassane Mayo A.
« L’espoir déçu » Par Eric Topona MOCNGA
« L’illusion de pouvoir pour lequel les Tchadiens s’entredéchirent depuis tant d’années…» Enoch
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil… Partie 2» Par Hassane Mayo-Abakaka
« Opération Arche de ZOE : la chasse au mystère » Par Caman Bédaou Oumar
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil… Partie 1» Par Hassane Mayo-Abakaka
« Affaire "arche de zoé" ou le tendon d’Achille de la Françafrique ? » Par Enoch Djondang
« L’esclavage post-moderne : Quand la France vole au secours de l’arche de Zoé » Par Nguepe

« Les nuages qui s’amoncellent à l’horizon du pays de Toumai le troglodyte
» Par Enoch D.
« Les Barouds d'honneur d'une génération politique qui a échoué? » Par Enoch Djondang
« Analyse de la situation politique actuelle au Tchad » Par Gaya-Ple Seïd
« Beac, des réformes qui poussent le Tchad à la périphérie » Par Mahamat Djarma Bourma
« TCHAD : La réconciliation nationale est-elle possible ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
«TCHAD: La Pétro-Diplomatie pourrait-elle effacer les vestiges de l’ancien régime?» Mayo H.
« TCHAD : L’ingérence soudanaise au Tchad. » Par Hassane Mayo-Abakaka
« TCHAD : Quelle Conférence de Paix ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« Le procès de Habré, vite! » Par Jaqueline Moudeina
« Une certaine conviction personnelle » Par Hassan Abdelkerim Bouyebri
« La guerre actuelle du Tchad : une absurdité. » Par Abia Maal
« Flash sur les solutions de sortie de crise existantes » Par Enoch Djondang
«Conséquences du conflit tchado-tchadien sur la vie du pays » Gaya – Ple Seïd

« TCHAD: Comment se présente la situation politique actuelle ? » Hassane Mayo-Abakaka
« Toujours des bilans macabres et la bêtise continue…» Par Enoch Djondang
« Le dernier Combat du Général Idriss Déby Itno » Par Enoch Djondang
« Les conditions d’un vrai dialogue national au Tchad » Par Enoch Djondang
« Les chemins du maquis : un business macabre et juteux pour les Tchadiens !
» Par Enoch Dj.
« La vraie fausse querelle sur le taux de participation du 03 mai 2006 » Par Enoch Djondang
«Françafrique: quand le mythe de la stabilité flirte avec le mécanisme de stérilité» K. Fadoul
« Mars 20, 2006 : Et si la CEMAC ne dépendait que de nous… »
Par Djimé Adoum
«12 février 1979, l’éclatement de la Guerre civile au Tchad » Gaya – Ple Seïd
« Tchad: l'oléoduc et les 300 puits n'appartiennent pas aux tchadiens » Par A. Allatchimi
« Partenariat Banque Mondiale-Tchad: l’apologie d’une grande supercherie ?
» Par Enoch D.
TCHAD-BM: « Le Tchad n’est pas la chasse gardée de la Banque Mondiale.» Par Hassane M.A
« Le Miroir aux alouettes
». Par A.S. FADOUL , A.F. KOUYOU , M.S. ABDOULAYE
« Affaire Hissein Habré: et si l’Afrique refusait la justice ? » Par M. D.
« Pourquoi choisit-on toujours la guerre comme moyen d'expression? » Par Oumar I.Senoussi

« Le pétrole appauvrissant du Tchad » Par le Député Ali Gabriel Golhor  

« Livrez Habré, Ouest-africains: le reste, c’est pas votre affaire
» Par Patrick K. Kodibaye
« Et si Georges WÉA était Tchadien ? » Par Enoch Djondang
« Comment était la lutte pour l'indépendance au Tchad ? » Par Gaya -Ple Seïd
« La nouvelle guerre du Tchad a commencé… » Par Enoch Djondang
« Une ville malade et des habitants en circumambulation forcée.» Par Djiddi Ali Sougoudi S.
« REFERENDUM ET VILLE MORTE : EVITER LA CONFUSION SVP ! » Par Enoch Djondang
« Contre la démagogie, un peu plus de pratiques… » Par Issa Mahamat Abdelmamout
« Qu'est-ce qu'un homme politique? » Par Gaya -Ple Seïd
« Que pourrait-on encore espérer des Politico-militaires? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« Code musulman de la famille: L'UCMT endosse le bonnet d’âne » Par Timothée Donangmaye
« Pour que notre pétrole ne signe pas l’inanité de notre espoir! »  Par Lapia Jajowaye
«Faut-il une loi unique sur les gestions des revenus pétroliers au Tchad? »Par Lapia Jajowaye
« Faut-il une seule loi pour tous les puits de pétrole ? » Par Enoch Djondang
Code musulman de la famille: Réaction tardive du Président DEBY Par Timothée Donangmaye
Code musulman de la famille: L’UCMT veut sacraliser sa fuite de responsabilités Par Timothée
SENAFET pas seulement pour les femmes mais aussi pour le bien être des hommes Par Wahilo D
« Quelle Diplomatie pour le Tchad ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« La majorité démographique doit rejoindre la majorité morale » Par Timothée Donangmaye
« Encore une année qui s’en va pour le Tchad. » Par Christophe Koulyo
« Esprit de créativité, vision à long terme. » Par Wahilo
«Le Tchad, une République assassinée par les hommes politiques sans éthique» Par Nouradine.
«Géopolitique pour l'ambition de certains acteurs ou pour le bien de notre pays?» Diguera W.
« Quelle alternative à trouver après l’oubli de la non Publication du décret de... » Par Gagoloum
« La communication politique dans notre pays où l’art de plagiat » Par Adoum Gagoloum
« École Idriss Deby de Djeddah (R.A.S): cher à la colonie tc... » Par Al-Amine M.Abba Seid
« Chronique d’un retour de N’Djamena » Par Saleh Goukouni
« L’homme : MISKINE Idriss » Par Doungous Daga Nangterle
« La servitude de Mahamat Hissein » Par Timothée Donangmaye
« Moussa Faki ou l'entorse à la géopolitique » Par Lyadish Ahmed
« Laïcité: Quelle laïcité ? Par Saleh Kebzabo, député, Président de l’UNDR  

Le pays | Constitution | Assemblée | Gouvernement | Opposition | Tourisme | Art & Culture | Musique | Sports | Cuisine | Images du Tchad
Éditorial | Actualité | Interview | Forums | Salon d'entreprises | Emploi | Annonces | Sahibi | Poésie | Livre d'or | Archives | Groupe ialtchad