Hymne national
     Le pays
     Constitution
     Assemblée
     Gouvernement
     Opposition
     Tourisme
     Art & Culture
     Musique
     Sports
     Cuisine
     Images du Tchad

     Éditorial
     Actualité
     Interview
     Forums
     Salon d'entreprises
     Emploi
     Annonces
     Sahibi
     Poésie
     Livre d'or
     Archives
     Groupe ialtchad


     Opinion

IALTCHAD OPINION
 
« Les Barouds d'honneur d'une génération
politique qui a échoué?
»Par Enoch Djondang

Article paru
le 18 août 2007, Ialtchad Presse


« Les Barouds d'honneur d'une génération politique qui a échoué?»
Par Enoch Djondang


En suivant docilement les reportages de la TéléTchad sur la cérémonie de signature de l’Accord politique entre l’opposition civile et la mouvance présidentielle au Palais Rose, surtout le discours du président Alingué Jean Bawoyeu de la CPDC et les itw d’autres barons, je n’ai pu m’empêcher de replonger dans l’Histoire passée de notre pays. Ce n’est pas une réaction volontaire mais un réflexe exprimant les séquelles de traumatismes cumulés du fait d’être une victime de cette Histoire tchadienne. Je me suis retrouvé plongé dans les images des années 85.

En effet, il y une vingtaine d’années (qui passent pour deux ans à peine de surplace !), le président Hissène Habré venait de gagner la bataille diplomatique reconnaissant sa lutte pour la défense du principe sacré de la défense de l’Intégrité Territoriale du Tchad. Les conséquences étaient alors évidentes : les différents groupes politiques en exil (Brazzaville, France, Bénin, etc.) opposés à Hissène Habré, n’avaient d’autres choix que de « regagner le bercail » et de participer à l’exercice du pouvoir de l’époque, sans condition. Le président Alingué (suivi du général Kamougué et d’autres barons) était l’un des leaders de ce mouvement de « réconciliation nationale » qui ramena la plus grande partie des barons des régimes précédents et de nouveaux loups au pays. Ce revirement historique important contraint les derniers groupes politico-militaires actifs de la zone sous occupation étrangère, de rallier à leur tour les FANT (Forces Armées Nationales Tchadiennes). Le général Oki Dagache convoya la colonne FAP (Forces Armées Populaires) du défunt GUNT (Gouvernement d’Union Nationale de Transition), sur les instructions du président Goukouni Oueddey. Avec ce sursaut patriotique, les tchadiens marqueront d’une pierre blanche leur seule vraie victoire nationale collective, pour la défense de l’Intégrité Territoriale, au cours de l’année 1987.

Le président Alingué put alors sillonner le pays pour proposer au référendum la Constitution de 1989, ayant donné lieu à des élections législatives correctes mais dont les élus n’auront eu droit qu’à moins de trois mois d’existence. Le 1er décembre 1990 rappela tout le monde à d’autres réalités bafouées de l’Histoire. Ce jour là, le monde découvrit avec horreur la face cachée du pays, à travers les rescapés de la sinistre DDS. Le Dr Gali N’Gothé, le syndicaliste Younous Mahadjir et d’autres survivants pourraient mieux en parler. Or, la commission d’enquête du juriste Mahamat Hassane Abakar pu établir, dans ses archives non publiées, l’identité, la date d’arrestation, la date probable de disparition et la cause de mort de près d’un millier de tchadiens par la DDS au cours de cette seule année 1986 où la plupart des barons de l’opposition au régime de Hissène Habré avaient regagné « le bercail ». N’eusse été le surcroît de travail demandé par une telle démarche journalistique, les extraits des discours du président Alingué ou du général Kamougué à l’époque diffèrent peu de ceux qu’ils tiennent encore aujourd’hui. L’élément le plus notoire est d’annoncer, à chaque fois, que « tout va bien désormais et la paix est de retour au pays pour de bon !». La suite, bien sûr, n’est souvent que plaisanterie de mauvais goût.

Par exemple, sitôt l’Espérance renaissait en 1987, les « réalités tchadiennes » gravées dans les caractères et les logiques personnelles des acteurs politiques reprirent le dessus. Après les « sudistes » en 1984 et les groupes « hadjeraï », les Béri (Zaghawa et Bidéyat) allaient, à leur tour, subir une répression féroce des FANT et de la DDS réunies, au cours de laquelle rien que le clan Itno perdit près d’une centaine de ses membres. La satisfaction du président Alingué, à la tête de la toute nouvelle assemblée nationale, sera de courte durée, car cette seule réalité suffira à mettre un terme à la fiesta politique à N’djaména le 1er décembre 1990.

Pourquoi rappeler tout ça ? Entre 1986 et 2007, une nouvelle génération est née et réclame aujourd’hui sa place. Elle fait au moins 60% de la population tchadienne. La génération des jeunes qui fuirent leurs maisons voire leur pays en 1979 (et laquelle j’appartiens) n’a toujours pas trouvé la paix et la tranquillité promise par la seule génération des acteurs qui animèrent les négociations et la signature de l’Accord susmentionnée. D’autres compatriotes attendent à Hadjer Marfaïne un signe des temps pour se décider s’il faille venir à N’Djaména dans un vol Toumaï ou en Toyota. C’est beaucoup trop de choses à la fois ! S’il fallait revenir à l’expérience de la DCP (Démocratie Consensuelle et Participative) ayant accouché le cadre légal que contestent aujourd’hui ses propres géniteurs et promoteurs d’alors ? Deux générations bloquées à cause d’une seule, cette surpression ne tardera pas à exploser un de ces jours, et comment ? Dieu seul le sait !

J’avais cru entendre le président Alingué mettre en garde, dans son discours, ceux qui dénigrent déjà cet accord négocié au frais et en vase clos dans les grands hôtels de la capitale. Peut-être un coup de pied à M. Yorongar ? Qu’il aie au moins l’amabilité de reconnaître à une frange importante de son peuple la légitimité du réflexe de prudence et de scepticisme, après tant de mirages ? Je ne me donnerai pas la peine de décortiquer les failles de cet énième « accord historique » arrosé par de larges sourires au Palais Rose. Car, comme le disait subtilement M. Mahamat Hissène à l’occasion, « mieux vaut encore ça que rien ! ». En attendant aussi le cocktail que produira la combinaison avec la démarche du groupe du président Goukouni et d’autres. Cependant, comme les N’Djaménois l’ont démontré lors de la panique du 22 mars puis du calme olympien du 13 avril 2006, plus personne n’entend fuir sa baraque quand les faces cachées des acteurs tenteraient de produire des évènements contraires à la logique de la paix.

Parce que, pour arriver à l’échéance fixée de 2009, après que les acteurs politiques se seront renfloués avec les revenus pétroliers, il y aura mieux que la question du vote, celles du vécu quotidien des tchadiens face aux injustices, aux discriminations régionales, à la violence et à l’impunité, à la corruption massive et à la gabegie financière, etc., toutes choses qui préoccupent prioritairement l’écrasante majorité des tchadiens.

Il y a deux générations qui s’identifient comme les victimes réelles des actes posés jusqu’ici par leurs aînés. Au-delà de l’imperfection des papiers signés avec de larges sourires, ce que ces jeunes tchadiens de tous les bords veulent pour se convaincre, c’est de constater que ces fois-ci, ce sont les bonnes fois où les acteurs politiques tchadiens sont de bonne foi ! Ils n’auront pas une autre occasion pour se moquer encore des gens ! Car nous savons tous que c’est la volonté réelle des uns et des autres qui fera que, avec ou sans accord, la paix devienne une réalité définitive dans notre pays, avec pour fondement la justice, la tolérance et l’équité.

Enoch DJONDANG
Réactions & commentaires   
enochdjo@yahoo.fr


Les autres articles parus dans la rubrique Opinion sur Ialtchad Presse

« Jeunesse quel avenir ? »  Par Piquet DINGAMMADJI
« Le Tchad et sa diplomatie : quelles perspectives pour sortir des pièges de la...» Par T.M.Allim
« Unissons-nous »  Par Piquet DINGAMMADJI
« Lettre ouverte à la Libye  » Par Dr Djiddi Ali Sougoudi, Médecin généraliste
« Le grand docteur Félix Ngoussou est aussi le plus grand plagiaire tchadien » Mahamat A. M.
« Coton Tchad, mamelle de l'économie ou vache à lait ? »  Par NDakmissou GEDEON
« Comment en est-on arrivé là ? »  Par Piquet DINGAMMADJI
Université de Ndjamena « Les années hypothéquées  continuent »  Par Armel ALLARAMBAYE
 
« Crise énergétique, quels sont les auteurs ? »  Par NDAKMISSOU GEDEON FMSB-UY1
« Ce qui se dit à N’djamena !!! » Par Abdelsemi Ahmat
« Encore du ridicule juridictionnel au Tchad ! » Par Albert TAMWARI
« Où va la démocratie africaine, entre mal de l’air et mal de pouvoir ? » Par Enoch Djondang
« Accord du 13 août 2007 : La CPDC piégée, IDI peut se rire de l’avenir…» Par Enoch Djondang
  « H. Habré: L'homme qui nous défendit de l'annexion extérieure » P.2&3 Par Ali Souleymane
« La guerre des tranchées et les tranchées de la paix » Par Enoch Djondang
« Résidus Culturels et Conscience Nationale : Dépolitiser l’Ethnitisation de la R » Par M. Monza
 
«Hissein Habré: L'homme qui nous défendit de l'annexion extérieure » P.1 Par Ali Souleymane
« La LTDH doit revenir aux valeurs d'origines » Par Enoch Djondang
«La corruption ou la version tchadienne de la solidarité » Par Adam Abdramane Mouli
« Le Tchad des conflits et le difficile cheminement vers la paix » Par Enoch Djondang
« En hommage au grand démocrate Dr Ibni Oumar Mht Saleh » Par Enoch Djondang

« Problématique de la société Tchadienne » Par Adam Abdramane Mouli alias Djidda
« Tchad : la stabilité perdue » Par Abdelsemi Ahmat
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil…» ( 3e et dernière partie ) Par Hassane Mayo A.
« L’espoir déçu » Par Eric Topona MOCNGA
« L’illusion de pouvoir pour lequel les Tchadiens s’entredéchirent depuis tant d’années…» Enoch
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil… Partie 2» Par Hassane Mayo-Abakaka
« Opération Arche de ZOE : la chasse au mystère » Par Caman Bédaou Oumar
« TCHAD : Diplomatie d’Humiliation et d’Exil… Partie 1» Par Hassane Mayo-Abakaka
« Affaire "arche de zoé" ou le tendon d’Achille de la Françafrique ? » Par Enoch Djondang
« L’esclavage post-moderne : Quand la France vole au secours de l’arche de Zoé » Par Nguepe

« Les nuages qui s’amoncellent à l’horizon du pays de Toumai le troglodyte
» Par Enoch D.
« Les Barouds d'honneur d'une génération politique qui a échoué? » Par Enoch Djondang
« Analyse de la situation politique actuelle au Tchad » Par Gaya-Ple Seïd
« Beac, des réformes qui poussent le Tchad à la périphérie » Par Mahamat Djarma Bourma
« TCHAD : La réconciliation nationale est-elle possible ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
«TCHAD: La Pétro-Diplomatie pourrait-elle effacer les vestiges de l’ancien régime?» Mayo H.
« TCHAD : L’ingérence soudanaise au Tchad. » Par Hassane Mayo-Abakaka
« TCHAD : Quelle Conférence de Paix ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« Le procès de Habré, vite! » Par Jaqueline Moudeina
« Une certaine conviction personnelle » Par Hassan Abdelkerim Bouyebri
« La guerre actuelle du Tchad : une absurdité. » Par Abia Maal
« Flash sur les solutions de sortie de crise existantes » Par Enoch Djondang
«Conséquences du conflit tchado-tchadien sur la vie du pays » Gaya – Ple Seïd

« TCHAD: Comment se présente la situation politique actuelle ? » Hassane Mayo-Abakaka
« Toujours des bilans macabres et la bêtise continue…» Par Enoch Djondang
« Le dernier Combat du Général Idriss Déby Itno » Par Enoch Djondang
« Les conditions d’un vrai dialogue national au Tchad » Par Enoch Djondang
« Les chemins du maquis : un business macabre et juteux pour les Tchadiens !
» Par Enoch Dj.
« La vraie fausse querelle sur le taux de participation du 03 mai 2006 » Par Enoch Djondang
«Françafrique: quand le mythe de la stabilité flirte avec le mécanisme de stérilité» K. Fadoul
« Mars 20, 2006 : Et si la CEMAC ne dépendait que de nous… »
Par Djimé Adoum
«12 février 1979, l’éclatement de la Guerre civile au Tchad » Gaya – Ple Seïd
« Tchad: l'oléoduc et les 300 puits n'appartiennent pas aux tchadiens » Par A. Allatchimi
« Partenariat Banque Mondiale-Tchad: l’apologie d’une grande supercherie ?
» Par Enoch D.
TCHAD-BM: « Le Tchad n’est pas la chasse gardée de la Banque Mondiale.» Par Hassane M.A
« Le Miroir aux alouettes
». Par A.S. FADOUL , A.F. KOUYOU , M.S. ABDOULAYE
« Affaire Hissein Habré: et si l’Afrique refusait la justice ? » Par M. D.
« Pourquoi choisit-on toujours la guerre comme moyen d'expression? » Par Oumar I.Senoussi

« Le pétrole appauvrissant du Tchad » Par le Député Ali Gabriel Golhor  

« Livrez Habré, Ouest-africains: le reste, c’est pas votre affaire
» Par Patrick K. Kodibaye
« Et si Georges WÉA était Tchadien ? » Par Enoch Djondang
« Comment était la lutte pour l'indépendance au Tchad ? » Par Gaya -Ple Seïd
« La nouvelle guerre du Tchad a commencé… » Par Enoch Djondang
« Une ville malade et des habitants en circumambulation forcée.» Par Djiddi Ali Sougoudi S.
« REFERENDUM ET VILLE MORTE : EVITER LA CONFUSION SVP ! » Par Enoch Djondang
« Contre la démagogie, un peu plus de pratiques… » Par Issa Mahamat Abdelmamout
« Qu'est-ce qu'un homme politique? » Par Gaya -Ple Seïd
« Que pourrait-on encore espérer des Politico-militaires? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« Code musulman de la famille: L'UCMT endosse le bonnet d’âne » Par Timothée Donangmaye
« Pour que notre pétrole ne signe pas l’inanité de notre espoir! »  Par Lapia Jajowaye
«Faut-il une loi unique sur les gestions des revenus pétroliers au Tchad? »Par Lapia Jajowaye
« Faut-il une seule loi pour tous les puits de pétrole ? » Par Enoch Djondang
Code musulman de la famille: Réaction tardive du Président DEBY Par Timothée Donangmaye
Code musulman de la famille: L’UCMT veut sacraliser sa fuite de responsabilités Par Timothée
SENAFET pas seulement pour les femmes mais aussi pour le bien être des hommes Par Wahilo D
« Quelle Diplomatie pour le Tchad ? » Par Hassane Mayo-Abakaka
« La majorité démographique doit rejoindre la majorité morale » Par Timothée Donangmaye
« Encore une année qui s’en va pour le Tchad. » Par Christophe Koulyo
« Esprit de créativité, vision à long terme. » Par Wahilo
«Le Tchad, une République assassinée par les hommes politiques sans éthique» Par Nouradine.
«Géopolitique pour l'ambition de certains acteurs ou pour le bien de notre pays?» Diguera W.
« Quelle alternative à trouver après l’oubli de la non Publication du décret de... » Par Gagoloum
« La communication politique dans notre pays où l’art de plagiat » Par Adoum Gagoloum
« École Idriss Deby de Djeddah (R.A.S): cher à la colonie tc... » Par Al-Amine M.Abba Seid
« Chronique d’un retour de N’Djamena » Par Saleh Goukouni
« L’homme : MISKINE Idriss » Par Doungous Daga Nangterle
« La servitude de Mahamat Hissein » Par Timothée Donangmaye
« Moussa Faki ou l'entorse à la géopolitique » Par Lyadish Ahmed
« Laïcité: Quelle laïcité ? Par Saleh Kebzabo, député, Président de l’UNDR    

Le pays | Constitution | Assemblée | Gouvernement | Opposition | Tourisme | Art & Culture | Musique | Sports | Cuisine | Images du Tchad
Éditorial | Actualité | Interview | Forums | Salon d'entreprises | Emploi | Annonces | Sahibi | Poésie | Livre d'or | Archives | Groupe ialtchad