Hymne national
     Le pays
     Constitution
     Assemblée
     Gouvernement
     Opposition
     Tourisme
     Art & Culture
     Musique
     Sports
     Cuisine
     Images du Tchad

     Éditorial
     Actualité
     Interview
     Forums
     Salon d'entreprises
     Emploi
     Annonces
     Sahibi
     Poésie
     Livre d'or
     Archives
     Groupe ialtchad


 

    L'invité

« ... La culture c’est l’âme d’un peuple. C’est la matrice du développement. On connaît un peuple qu’à travers sa culture. Tous les étudiants qui sont partis étudier à l'étranger l'on constaté...»


Abakar Adam Abaye, dit « l’enfant noir » conteur de son état avec des contes « Titimé-Titimé »  savoureux, envoûtant qui font rêver et voyager était l’invité du Festival interculturel du conte du Québec (Canada) qui a eu lieu du 26 septembre 2003 au 30 octobre de la même année. Notre compatriote s’est produit aux Iles-de- la Madeleine, à Trois-Pistoles, à Montréal et à Sherbrooke. Il est l'invité du mois de Ialtchad Presse. Il s'est ialtchadement ( chaleureusement) prêté à un entretien à bâton rompu, durant lequel, nous avons abordé plusieurs questions. Notamment, celles liées à sa carrière d'artiste, à la place et au rôle de l'artiste dans la société tchadienne, à ses projets, aux difficultés du métier etc. Bref, il est  attachant, stupéfiant, captivant, brillant et rafraîchissant. Découvrez-le dans cette entrevue à coeur ouvert.
 Brahim Wardougou.


Ialtchad Presse : Pour commencer, parlez-nous un peu de vous et comment vous avez entrepris ce que vous faites?

Abakar Adam Abaye : Je suis simplement Abakar Adam Abaye, on m’appelle ‘l’enfant noir’, c’est mon nom d’artiste. J’ai commencé tout petit les contes, les légendes parce que ma mère est sage femme et celle-ci dans la tradition raconte des histoires pour aider la femme qui accouche à apaiser sa douleur. 

Plus tard, lorsque l’enfant commence à parler, on le fait venir devant la sage femme de nouveau. Durant l’enfance, elle lui raconte alors la première histoire de sa vie. Puis, à l’âge de sept ans, on le fait revenir encore devant la sage femme qui lui répète encore cette même histoire. Ce qui fait que, le récit reste dans sa mémoire. C’est donc de cette façon que l’on m’a raconté des contes, cela est demeuré dans ma mémoire, j’ai grandi avec et maintenant je raconte des histoires traditionnelles, des histoires léguées par les grands-parents. De plus, je crée moi-même des histoires et je les raconte. A part cela, je fais du théâtre, de la mise en scène à d’autres troupes ou à ma troupe. Et puis voilà, je mélange un peu le tout. Je suis artiste polyvalent, je me promène.

Ialtchad Presse : Peut-on savoir le thème central de vos œuvres?

Abakar Adam Abaye : Il y a toutes sortes d’œuvre, il n’y a pas de thème sauf si par exemple je me produis dans une bibliothèque, dans un centre culturel ou dans un festival de conte donné. Si le public réclame que l’on aborde des contes sur des thèmes précis comme sur  la sorcellerie, des thèmes pour donner des directives à un enfant, des thèmes de contes philosophiques pour les adultes; en fait, ce sont les gens qui nous demandent et on en a de tous les goûts. On peut comparer cela à une bibliothèque où on trouve toutes sortes de livres sur la science, sur la philosophie, sur la littérature etc. Un conteur est un peu comme cela, c’est une bibliothèque qui se promène et qui a plusieurs histoires dans ses tiroirs, et celles qu’on réclame, il les fait sortir.

Ialtchad Presse : Vous représentez le Tchad au Festival de Contes 2003 au Québec (Canada). Qu’est ce qui a motivé le choix porté sur vous?

Abakar Adam Abaye : En France, j’ai participé à une journée professionnelle des conteurs organisée par le « Festival Parole Divers » à Dino en décembre passé; là, il y avait environ 300 programmateurs qui ont vu dix-sept conteurs se produire. Chaque conteur disposait de 15 minutes pour s’exprimer, ce qui fut mon cas. Ainsi, des programmateurs du Québec, précisément de la 2 ème édition du Festival de Contes en îles des îles de la Madeleine, de Sherbrooke, de Montréal, m’ont remarqué et ont trouvé que mon travail était intéressant et que cela valait le coup de venir participer ici à leur Festival de Contes. Et, me voilà ici au Québec.

Ialtchad Presse : Quels étaient les moments forts de cette semaine de contes?

Abakar Adam Abaye : Je peux dire que tous les moments ont été forts. Ce sont des moments où on raconte et on rencontre. Après le spectacle, on rencontre le public pour discuter, parler de ce que l’on fait etc. Lorsque tu arrives à le toucher (le public), c’est là, le moment fort, car on vient raconter pour provoquer un peu la discussion. Bref, si les gens sont touchés, ils viennent directement vers vous. Un festival est en soi un moment fort.

Ialtchad Presse : Vous est-il arrivé de travailler en collaboration avec d’autres conteurs ou conteuses, si oui, comment cela s’est-il  produit?

Abakar Adam Abaye : Oui, j’ai eu à me produire avec beaucoup d’autres conteurs et conteuses. Par exemple lorsqu’on vient dans un festival établi, comme celui-ci ( Festival interculturel du conte du Québec) le programme est établi d’avance. Donc, c'est dans ce cadre que les conteurs se retrouvent 10 à 15 minutes avant le spectacle pour mieux coordonner et lier leurs contes afin que chaque histoire soit rattacher à une autre. Cela, pour éviter que les histoires ne s’éparpillent comme des grains de mil sur le sol. Ainsi, on harmonise nos histoires afin de ne pas faire une « soirée compétitive » pour le plaisir du public.

Ialtchad Presse :Quels conseils donneriez-vous aux ialtchad qui voudraient suivre votre exemple?

Abakar Adam Abaye : C’est simplement d’aimer ce que l’on fait, car pour être artiste, il faut aimer ce que l’on fait d’abord, cela tout le monde le sait. C’est le cas pour n’importe quel autre métier. Mais pour l’art, c’est tout autre chose. Il faut vraiment aimer être artiste, supporter toutes les difficultés du métier etc. Le reste, c’est le travail. Et, lorsque le travail est bien rodé, je pense que l’on peut voyager n’importe où.

Ialtchad Presse : Pouvez-vous nous parler de vos activités actuelles et de vos projets à venir?

Abakar Adam Abaye : Actuellement, je suis en tournée pour six mois en Suisse, en France et au Canada. Lorsque je terminerai cette tournée, j’irai au Tchad en janvier 2004 pour faire la première « Nuit de la Parole ». Vous vous rendez compte, ça sera la première nuit que j’organiserai avec un conteur burkinabé et un conteur nigérien. Comme autre projet, j’ai en tête d’organiser un Festival de Contes dénommé « Titimé-Titimé ». Ce sera un festival international de contes qui aura lieu en octobre 2004. Beaucoup de conteurs de divers pays seront invités: des  français, des suisses, des canadiens, des camerounais, des maliens, des nigériens. C’est une grande édition et une première. Tous ces gens vont se retrouver au Tchad pour raconter des contes du pays et d’ailleurs pour le public tchadien afin qu’il comprenne que le conte est non-seulement quelque chose qui nous parle mais aussi quelque chose d’utile qui fait passer des messages.

Ialtchad Presse : Quelle est la place des conteurs et conteuses au Tchad?

Abakar Adam Abaye : Je pense que c’est comme toute autre activité qui a sa place. Prenons l’exemple de la ville de N’djamena et un enfant de 12 à 15 ans. Demandons-lui de nous raconter une histoire. Il vous répondra qu’il ne sait pas, qu’il a oublié. Heureusement qu’il y a des individus comme nous qui acceptons de raconter des histoires toute notre vie et qui permettent à des enfants de connaître l’histoire de leurs ancêtres; comment ces derniers ont vécu? Comment il ont existé?. Il faut savoir que dans le conte lorsque l’on écoute les histoires, on voit qu’elles nous représentent directement. D’où on vient? Où l’on va? Qu’est ce que l’on doit faire pour être utile aux autres hommes? C’était le conteur qui devait enseigner tout cela à l’enfant pour lui pointer une direction, lui donner des repères. Et, cela est aussi valable pour les adultes. Donc, le conte est quelque chose qui regarde tout le monde. Le conteur est un maître de la Parole.

Ialtchad Presse : Quelles sont vos impressions par rapport aux Québécois et aux Canadiens?
Abakar Adam Abaye : Je trouve que les gens sont sympathiques. Que ce soit aux îles de la Madeleine, à Montréal, à Trois-Pistole, ils vous écoutent, veulent discuter avec vous, ils désirent vous connaître, connaître l’Afrique. C’est bien, c’est encourageant. On note une nette différence entre les gens d’ici et ceux de la France. Cette France qui nous a colonisé, celle dont on continue à parler la langue; en France c’est différent. Ici les gens sont beaucoup plus dynamiques, plus accueillants, plus chaleureux.

En France les gens sont plus méfiants. Méfiance qui s'est transformé en peur contre les Noirs, contre l’Arabe et c’est dommage!

Ialtchad Presse : Y a-t-il des organisations ou des organismes qui vous soutiennent?
Abakar Adam Abaye : Non! Je ne suis soutenue par aucun organisme ni organisation. J’écris mes contes, je participe à différents festivals, je raconte mes contes et terminé point. Par contre, il y a des contes qui parlent des causes, tel l’utilité des arbres, la lutte contre la désertification, les contes par leurs simplicités et leurs messages touchent tout le monde.

Ialtchad Presse : Avez-vous besoin de soutien particulier?

Abakar Adam Abaye: Soutien..( rire ).. soutien tout le monde en a besoin. Écoutez, le fleuve ne dira jamais non si on lui rajoute de l’eau. Donc, J’ai besoin de soutiens. Comme je vous l’ai mentionné précédemment, je suis entrain d’organiser un Festival de Contes en octobre 2004 au Tchad qui aura lieu à N’djamena et dans la région N’gouri mon village au Lac Tchad. 

Donc ce festival aura besoin de soutien. Où faudra t-il loger tous ces participants? Comment se fera le déplacement? Comment les nourrir? Comment faire les affiches? Les publicités à la Télévision, à la radio, dans les journaux. Tout cela nécessite beaucoup de moyens. S’il y a des soutiens disponibles, ils sont les bienvenus. Je suis ouvert à cela. J’attends. Aujourd’hui les gens ne comprennent pas mais plus tard ce sera quelque chose pour tout le monde. On fait de petites choses qui appartiendront à tout le monde dans le futur parce que les contes sont populaires.

Ialtchad Presse : Pourquoi avez-vous choisi de résider au Burkina?

Abakar Adam Abaye: Je réside au Burkina depuis cinq ans mais souvent je pars au Tchad. Je répète encore que je suis entrain de monter la « première Nuit de la Parole » et je continue une tournée qui va commencer à partir du mois de mars en Guadeloupe et en France. Après, je retourne au Tchad préparer le Festival qui va commencer en octobre 2004. Voilà pour ce qui est de mon agenda. Je me suis installé au Burkina parce que c’est un peu la capitale culturelle de l’Afrique. Il se passe beaucoup de chose au niveau culturel. Il y a des festivals du cinéma, de théâtres, de contes, de masques, de peintures, d’archers, d’artisanats etc. Il y a tous les festivals au Burkina et c’est un paradis pour un artiste de venir et de trouver un endroit  où la moitié de la population est artiste et ça travail tout le temps. Si tu es artiste, tu rentre dans la danse et tu travailles. Voilà l'une des raisons.  Une autre raison, la plus importante, c’est parce que tu rencontres beaucoup de gens et tu joues plusieurs fois. Quand on joue plusieurs fois on grandit en âge mais on grandit aussi de façon professionnelle. On  fait des rencontres et cela permet de voyager encore plus longtemps. C’est pour toutes ces raisons que je réside au Burkina.

Ialtchad Presse : Que vous dit ialtchad?

Abakar Adam Abaye: ( ...sourire...) Ialtchad c’est touchant, c’est personnel. Si on dit ialtchad on parle du Tchad, c’est profond, c’est symbolique, c’est fort, c’est quelque chose qui va nous chercher au fort intérieur de nous-même. Tu passes dans la rue, tu entends dire ialtchad, tu t’arrêteras pour savoir qui est-ce qui est entrain de dire cela. C’est une partie de nous, c’est l’ancêtre qui parle. C’est le souffle des ancêtres.

Ialtchad Presse : Le mot de la fin?

Abakar Adam Abaye: Je pense que quelque soit ce qu’on fait dans la vie, il y a toujours quelqu’un qui dit quelque chose à propos de ce qu’on fait. Donc, je dis à tous les ialtchad : « faites ce que vous avez envie de faire dans la vie ». Vous avez envie de faire de la musique faite-la, de la chorégraphie, de la littérature, bref tout ce dont vous avez envie. La culture c’est l’âme d’un peuple. C’est la matrice du développement. On connaît un peuple qu’à travers sa culture. Tous les étudiants qui sont partis étudier à l'étranger on constaté par exemple qu’on organise certaines fêtes pour que chacun puisse montrer la danse de son pays ou raconter une histoire de son pays, exhiber quelque chose de culturel de son pays ou même apporter un repas de son pays. Donc tout est basé sur la culture. Si on ne nous connaît pas partout aujourd’hui, c’est parce que nos artistes n’ont pas prit la parole. Donnons à ces derniers la parole, soutenons les, parce que sans l’art on va toujours rester dans le noir, dans un grand trou noir, un creux noir. Et, c’est l’artiste qui fait que les gens savent parler de votre pays. Par exemple lorsqu’on parle de la Côte d’ivoire, on identifie tout de suite ce pays à Alpha Blondy, quand c’est le Sénégal c’est Youssouf N’dour,  le Mali c’est automatiquement Salif Keita, Oumou Sangaré. Mais faudrait que ça soit aussi pour nous comme cela. Parce que chez nous quand on est artiste, on prend une guitare et on chante, on dit voilà, il est devenu ceci ou cela. C’est fini ce moment là. C’est fini, nous nos oreilles ne veulent plus entendre cela. Personnellement  mes oreilles ne vont plus entendre ceci. Je fais tout ce que j’ai envie de faire dans l’art. Je l’ai choisi. Je le fais pour moi et pour mon pays. Et croyez-moi, je vais le faire jusqu'à mon dernier souffle.

Ialtchad Presse : Merci beaucoup.

Abakar Adam Abaye : Merci

Interview réalisée par  
Brahim Wardougou   


Le pays | Constitution | Assemblée | Gouvernement | Opposition | Tourisme | Art & Culture | Musique | Sports | Cuisine | Images du Tchad
Éditorial | Actualité | Interview | Forums | Salon d'entreprises | Emploi | Annonces | Sahibi | Poésie | Livre d'or | Archives | Groupe ialtchad