Hymne national
     Le pays
     Constitution
     Assemblée
     Gouvernement
     Opposition
     Tourisme
     Art & Culture
     Musique
     Sports
     Cuisine
     Images du Tchad

     Éditorial
     Actualité
     Interview
     Forums
     Salon d'entreprises
     Emploi
     Annonces
     Sahibi
     Poésie
     Livre d'or
     Archives
     Groupe ialtchad


 

  Chronique

Chronique: « Haro sur l’incompétence 
des autorités tchadiennes »
Par Nadjibé, Djedouboum Armand
Article paru le 20 mai 2003 - Ialtchad Presse


« Haro sur l’incompétence des autorités tchadiennes »

Une fois de plus, les tchadiennes et tchadiens viennent d’assister à une démonstration de l’incompétence notoire des autorités tchadiennes face un problème aussi minime que la situation des étudiants tchadiens en Russie.

Ayant cru à l’intelligence et au sens de responsabilité de nos gouvernants, les étudiants Tchadiens en Russie ont patienté et attendu deux bonnes années le complément de leur bourse d’étude. Mais fort est de constater qu’ils ont à faire à une bande des mafias au pouvoir que, même le diable implore sa pitié, animée d’aucun souci face à la dégradation de la couche sociale tchadienne et moins encore de la situation financière dans laquelle se trouvent les étudiants tchadiens à l’étranger.  

En remettant une enveloppe de 10 millions de FCFA à son excellence Djibrine Abdoul, Ambassadeur du Tchad en Russie, pour les étudiants boursiers en Russie, qu’est-ce que le président Idriss Deby voudrait prouver à l’opinion nationale et internationale? Qu’il est à l’écoute et est sensible à la souffrance de ses compatriotes? La souffrance dont il doit assumer une bonne part de responsabilité.

Les tchadiens ont été fort long temps dupés, enroulés dans le mensonge par le politique. Nous disons trop c’est trop. La jeunesse d’aujourd’hui ne veut être complice et refuse de participer à la mendicité. Elle ne réclame rien d’autre que son droit. C’est pourquoi les étudiants tchadiens boursiers en Russie ne devraient pas voir dans le geste du président Deby un signe de gratitude mais, plutôt une insulte à leur intelligence. Ils ont droit au paiement régulier du complément de leur bourse, étant donné qu’ils sont détenteurs des arrêtés de bourse. Et aussi, le montant annuel du complément de leur bourse a été comptabilisé dans les autres dépenses (charges diverses) et incorporé dans le budget de dépenses de l’état. Nous ne voyons pas la raison pour laquelle son excellence Djibrine Abdoul ait parti réclamer auprès de Deby pour le compte des étudiants en Russie et lui soutiré 10 millions de FCFA, au lieu d’obtenir une garantie suivi de paiement régulier de dudit complément de la part du ministère de finances chargé d’exécuter les dépenses budgétisées de l’état.

Ce geste confirme une fois de plus « l’intouchabilité » du ministre de finances, et la confusion de gestion de bien public au patrimoine personnel.

Le ministre de finances doit comprendre que lorsqu’on élabore un budget annuel d’un pays, il sert à la réalisation des engagements inscrits dans le cahier de chaque ministère y compris celui de l’éducation et enseignement supérieur. Et étant que ministre de finances, il n’a que le simple mandat d’assurer la bonne distribution de ce budget au moment et au temps voulu par chaque ministère.

Si le président Idriss Deby par le passé réglait des problèmes en remettant personnellement des enveloppes contenant des sommes minables, que le partage donnerait 135 $ par personne, au lieu de rappeler le ministère de finances à l’exécution véritable de ses tâches, ce qui serait de nature responsable, nous dirons que le problème des étudiants tchadiens en Russie, est loin d’être résolu.

Ces étudiants n’ont jamais inscrit à leur ordre du jour « une démarche d’assistance financière auprès d’Idriss Deby par le biais de la mendicité ». Tout ce qu’ils réclamaient, que le complément de leur bourse soit versé de façon continuelle et conformément à la durée de leur formation. Cette revendication ne peut être comprise que si, le président de la république, le ministre de finance, et le gouvernement dans son ensemble ont la volonté politique de s’occuper des tchadiens, ce qui n’est pas le cas jusqu’à nos jours.

Armand Djedouboum Nadjibé
Ialtchad Presse  

Les autres articles de la rubrique Chronique

Témoignage : à la rencontre des tchadiens en détresse! Par Dr Djiddi Ali Sougoudi, Médecin
 Ce fiasco culturel qui nous menace Par Abdelsemi Ahmad Djibrine
Santé : Le rôdeur mortel de Fada ou « death stalker » Par Dr Djiddi Ali Sougoudi, Médecin
Les rites sexuels dans l’Histoire Par Sidimi Djiddi Ali Sougoudi
Les sanglots de l’Ennedi (1) Par Sidimi Djiddi Ali Sougoudi

Nouveau Passeport: les Tchadiens veulent savoir pourquoi ? Par Lona Ouaïdou, Ramadan
Sahelanthropus Tchadensis alias  Toumaï, confirmé le plus ancien des hominidés. KEBIR
Étudiant tchadien, un Devenir avorté Par Nafée Nelly Faigou
Le règne de la barbarie continu Par Hamid Kodi Moussa
Tchad : 43 ans de pénitence ou d’indépendance ? Par Armand Djedouboum Nadjibé
Tchad FMI, le mensonge découvert ! Par Armand Djedouboum Nadjibé
L’alcoolisme, la dérive de la jeunesse tchadienne Par Armand Djedouboum Nadjibé
Nos bigoteries et nos paradoxes à Montréal Par Bakary, Mana Bello
Immigration : Renaître Par Nafée Nelly Faigou
Haro sur l’incompétence des autorités tchadiennes  Par Armand Djedouboum Nadjibé   


Le pays | Constitution | Assemblée | Gouvernement | Opposition | Tourisme | Art & Culture | Musique | Sports | Cuisine | Images du Tchad
Éditorial | Actualité | Interview | Forums | Salon d'entreprises | Emploi | Annonces | Sahibi | Poésie | Livre d'or | Archives | Groupe ialtchad